Le Team Belgium est prêt. Mieux, nos athlètes sont dans les starting-blocks pour une compétition qui pourrait se révéler riche en bons résultats voire en médailles avec un brin de réussite. 

Si on n’est jamais à l’abri d’une - bonne ! - surprise à la Lionel Cox en 2012, 13 athlètes ou équipes peuvent embrasser de légitimes espoirs de médaille. Présentation.


© IPM Graphics

Evi Van Acker

Elle est l’une des grandissimes favorites en Laser Radial (voile), mais aussi au sein du Team Belgium. Médaillée de bronze à Londres, elle enchaîne, depuis, les gros résultats et les médailles sur les plus grandes régates mondiales. A 30 ans, elle est arrivée à l’instant T pour sortir la performance de sa riche carrière.

Charline Van Snick

Montée sur la troisième marche du podium en 2012 en -48 kg, la Liégeoise dispute très probablement son dernier tournoi dans cette catégorie de poids et elle aura le couteau entre les dents ! Le parcours chaotique de ces trois dernières années a renforcé sa motivation et son ambition, servies par une précieuse expérience. A la faveur d’un bon tirage, la double championne d’Europe est capable de tout. A condition de garder sa lucidité tout au long de la journée…

Jaouab Achab

Champion d’Europe en 2014 et 2016, champion du monde en 2015, le taekwondoka de 23 ans, qui émarge à la catégorie des -63 kg, devra monter en -68 pour ces Jeux olympiques. Outre le fait qu’il découvrira la grandeur des Jeux et la pression inhérente à cette compétition, il s’agit là sans doute du plus grand défi de cet athlète naturalisé en 2013. Qui détient beaucoup d’atouts dans son jeu pour monter sur le podium, ici, à Rio !

Philip Milanov

Aux Mondiaux de Pékin, l’an dernier, il était monté sur le premier podium international de sa jeune carrière. Un résultat surprenant, mais le lanceur de disque d’origine bulgare ne s’est pas arrêté là, portant son record de Belgique à 67,26 m cette saison et décrochant une nouvelle médaille d’argent à l’Euro d’Amsterdam au mois de juillet. De quoi renforcer sa confiance avant de mettre le cap sur Rio où il peut définitivement rêver d’un troisième podium consécutif.

Les Red Lions

La dernière victoire en match amical contre l’Allemagne (3-2) a fait du bien au moral des hockeyeurs qui peuvent aborder le tournoi à bloc. Plus fort que jamais, le groupe a faim de résultat et clame sans hésiter qu’il a "tout pour aller chercher une médaille" même si cinq autres pays peuvent en dire de même.

Jolien D’hoore

Son stage au Portugal, qu’elle a achevé lundi, lui aura permis de peaufiner les derniers détails techniques et physiques dont elle aura besoin pour atteindre le podium sur la piste de Rio. Son séjour lusitanien lui aura également permis de se réadapter aux épreuves "indoor" après avoir dominé les sprints sur la route.

Toma Nikiforov

Vice-champion d’Europe des -100 kg, le Schaerbeekois, qui a connu une saison 2015 faste avant de souffler le chaud et le froid, a fondé de gros espoirs dans ces Jeux olympiques qu’il dispute pour la première fois. S’il canalise son énergie, et si ses douleurs aux avant-bras (syndrome du canal carpien) ne le reprennent pas au moment fatidique, le judoka incarnera un danger permanent pour ses adversaires. "Ici, tous les compteurs sont remis à zéro", lance-t-il, convaincu d’avoir une carte à jouer. Ce qui n’est pas faux !

David Goffin

Si tout s’aligne bien, il est capable de réitérer ses performances sur dur de début d’année lorsqu’il a atteint les demis à Miami et Indian Wells. La surface lui convient bien et les absences jouent en sa faveur. En tant que tête de série n°8, il est supposé aller en quarts et puis se mettre à rêver.

Les cyclistes

Quatre leaders qui tournent à plein régime, c’est un must. Si le parcours est taillé pour les grimpeurs, nos Belges n’ont peur de rien et ont prouvé au Tour de France (Van Avermaet et Pauwels), au Tour de Pologne (Wellens), au championnat de Belgique (Gilbert) qu’ils ont les jambes pour bousculer la hiérarchie supposée.

Les Belgian Tornados

Boostée par le titre européen remporté le mois dernier, l’équipe masculine de relais 4x400 m, portée depuis 2008 par les jumeaux Borlée, peut se prévaloir d’une expérience que peu de leurs rivales possèdent dans leurs rangs. S’il reste vrai que d’autres formations sont intrinsèquement supérieures, la Belgique, à la faveur d’une tactique ambitieuse, rêve de titiller les grandes nations de cette discipline spectaculaire à souhait.

Raeleh Asemani

Fraîchement naturalisée, cette ancienne réfugiée politique iranienne, médaillée de bronze à l’Euro de taekwondo au mois de mai, dispute son deuxième grand rendez-vous pour la Belgique. A 27 ans, elle s’érige en challenger au sein d’une catégorie où le podium tiendra sans doute à peu de chose.

Si Mohamed Ketbi

Son état de forme exact reste une inconnue en raison d’une blessure encourue cette saison mais le jeune taekwondoka bruxellois, médaillé aux Jeux olympiques… de la jeunesse et aux Jeux européens dans un passé récent, peut assurément mener la vie dure aux favoris. Et si la surprise venait de lui ?

Thomas Pieters

Les spécialistes se tuent à le dire (et on a envie de les croire) : tout est possible en golf. Et surtout aux JO ! De nombreux ténors ont déclaré forfait, la sélection par nation va écarter du monde et le parcours sera une totale découverte ou presque pour tout le monde. Thomas Pieters et ses concurrents partent donc sur un pied d’égalité. Seul le talent devrait faire la différence et l’Anversois en est pétri.