Pour la première fois, moins de quarante-huit heures après son horrible crash, Romain Grosjean s'est confié dans une interview exclusive accordée à TF1, la chaîne de télévision française pour laquelle travaille son épouse et mère de ses trois enfants, Marion Jollès. Le pilote Haas GP donne des nouvelles rassurantes, mais surtout raconte ce qu'il a ressenti de l'intérieur.

"Ça va beaucoup mieux malgré les circonstances de l'accident", sourit-il face à la caméra. "J'ai désormais des mains de Mickey, mais dans l'ensemble, ça va ! Ce n'est pas plaisant, mais ce n'est pas douloureux, je ne me plains pas. Je ne sais pas si on peut parler de miracle, mais simplement ce n'était pas mon heure."

Il raconte alors comment il a vécu ces moments de l'intérieur. Pendant que le monde entier et des millions de fans retenaient leur souffle, choqués par des images effrayantes, le Franco-Suisse a lutté pour sa vie.

"Cela m'a paru bien plus que 28 secondes, c'est certain. J'ai vu ma visière qui devenait orange, je voyais les flammes sur le côté de la voiture. Là j'ai pensé à beaucoup de choses, notamment à l'accident de Niki Lauda. Je me suis dit que je ne pouvais pas finir mon aventure en F1 de la sorte. J'ai mis les mains dans le feu, sur le châssis qui était brûlant. J'ai senti quelqu'un qui m'a tiré par la combinaison pour sortir. Mon fils Simon, 5 ans, me dit que si je suis sorti c'est grâce à mon bouclier d'amour magique. Cela m'a permis de voler en dehors de la voiture selon lui. Mon plus grand fils, Sacha (7 ans) a essayé de comprendre. Il est plus rationnel. Quant à ma fille, la plus jeune, elle m'a fait un dessin à propos de mes bobos sur les mains."


"Au final j'ai eu plus peur pour mes proches que pour moi. Il y aura un travail psychologique à faire, certainement car j'ai vu la mort arriver en face. Je n'ai jamais vu un tel accident. Même à Hollywood, ils ne font pas cela. La voiture a pris feu, les batteries ont explosé. C'est ce qui a fait que c'était aussi impressionnant. Maintenant, j'ai un sentiment de seconde naissance après être sorti de ces flammes. Ça va marquer ma vie à jamais."

Et de conclure sur une note positive : "Je veux remonter dans la voiture à Abu Dhabi. J'ai eu énormément de soutien de la part de beaucoup de monde. Ça m'a touché, parfois j'en ai eu les larmes aux yeux."