Le jeune Italien Valentino Rossi (Honda), 21 ans, épouvante les pilotes 500 cc, à l'aube du Championnat du monde 2001 de motocyclisme qui débute dimanche à Suzuka (sud-ouest), pour une saison de transition avant l'application, en 2002, d'une nouvelle réglementation.

Kenny Roberts (USA/Suzuki), tenant du titre 2000, devra ici affronter la fougue du déjà double champion du monde (125 en 1997, 250 en 1999), son dauphin en 500 cc l'année dernière pour sa première saison dans la catégorie. Mais il sera également la cible d'une pléïade de Japonais tous désireux et capables de briller à domicile. L'année dernière, à Suzuka, les «locaux» avaient fait main basse sur le circuit, avec un triplé en 125 cc et un autre en 250.

Roberts, deuxième en 500 cc derrière Norifumi «Norick» Abe et devant Tadayuki Okada avait empêché l'armada nippone de tout rafler. Elle revient cette année le couteau entre les dents. Ukawa (Honda) et Abe (Yamaha d'Antin), mais aussi Noriyuki Haga (Red Bull Yamaha) et Nakano (Gauloises Yamaha Tech 3), sont bien décidés à ne rien concéder en 500 cc.

Roberts est toujours là et Rossi fait plus que se montrer insistant pour lui ravir sa couronne. Son compatriote Massimiliano «Max» Biaggi (Marlboro Yamaha), rêve lui aussi d'ajouter un titre mondial dans la catégorie reine aux quatre obtenus consécutivement en 250 cc (1994, 95, 96 et 97). Et Loris Capirossi brûle de confirmer en 500 cc les excellentes dispositions qui en avaient fait le champion du monde 125 cc (1990 et 91) et 250 cc (1998). Il fait équipe avec le Brésilien Alex Barros, autre prétendant sérieux à la victoire à Suzuka.

Les Espagnols ne sont pas en reste d'ambition, à commencer par le champion du monde 1999, Alex Crivillé (Honda), qui ne désespère pas de reconquérir un titre. Carlos Checa, associé à Biaggi, voudrait bien sortir de l'ombre de son talentueux leader.

Une lutte de titans s'annonce dès le premier Grand Prix de la saison, en raison de l'introduction des moteurs à quatre temps en 500 cc annoncée pour 2002. Elle va attirer, pour des raisons commerciales, des constructeurs encore absents cette saison comme Ducati ou Kawasaki, ou le motoriste Sauber Petronas qui va développer un propulseur moto aux nouvelles normes.

En outre, à partir de 2002, les constructeurs de 500 cc se verront offrir par le promoteur des Grands Prix un contrat de cinq ans, au lieu d'un an actuellement, comme c'est déjà la règle en F 1.

Ils pourront ainsi envisager une gestion à long terme de leurs activités. Les 125 cc et 250 cc en subiront le contrecoup. La 250 deviendra l'antichambre de la catégorie reine, comme la Formule 3000 par rapport à la F 1. Le sort de la 125 semble encore plus précaire.

Cela n'empêchera pas ces catégories de se livrer à une lutte acharnée dans le Championnat 2001. (AFP)

© La Libre Belgique 2001