Petit retour en arrière pour la jeune génération. En 1972, aux Jeux de Munich, Mark Andrew Spitz entra dans la légende du sport en glanant en une semaine sept médailles olympiques d'or (100, 200 libre et papillon et les trois relais).

En 2007, Michaël Phelps remporte sept médailles d'or aux championnats du monde : 100, 200 pap, 200 libre, 200, 400 m 4 nages et deux relais. Les deux exploits sont-ils comparables en tenant compte qu'au sommet de leur art, les deux athlètes ont affiché pratiquement le même âge (22 pour Spitz à Munich, 21 pour Phelps à Melbourne) ?

Progression en 35 ans

Au niveau chronométrique sûrement pas. En mettant leurs chronos côte à côte, on peut mesurer les immenses progrès réalisés en natation en 35 ans. À Munich, Spitz battit quatre records mondiaux individuels et participa à trois autres en relais. Il remporta le 200 libre en 1.52.78 alors que Phelps s'est imposé en 1.43.86. La progression est également notoire sur 200 pap : 2.00.70 contre 1.52.09.

Pour l'anecdote, on remarquera que Phelps a nagé plus rapidement en 200 papillon que Spitz en crawl 35 ans plus tôt. Mais au-delà de tous les progrès dans les méthodes d'entraînement, la diététique ou le suivi médical, Spitz et Phelps furent en leur temps les meilleurs du monde dans différentes disciplines et là, leur domination est ou fut écrasante.

Au niveau du gain des titres, il faut nuancer. En 1972, les demi-finales n'existaient pas. Spitz est donc passé des séries éliminatoires à la finale. Phelps a dû se farcir des demi-finales dans toutes les courses inférieures au 400 m. C'est évidemment une charge de travail non négligeable que Michaël a dû effectuer et à laquelle Mark avait échappé.

Un pur sprinter

D'autre part, en 1972, la FINA n'avait pas encore inscrit les épreuves de 50 m à son programme. Le CIO n'inscrit aux Jeux que le seul 50 libre. Si la course en crawl sur une longueur de bassin avait existé aux JO de Munich, tout porte à croire que Spitz aurait remporté non pas 7 mais 8 médailles d'or.

Mark était un pur sprinter tandis que Michaël est un adepte du demi-fond. Ce dernier ne s'affiche donc pratiquement jamais sur la distance de 50 m.

Ajoutons encore un élément psychologique non négligeable. À Munich, Mark Spitz, de confession israélite, fut particulièrement affecté par l'attentat de "Septembre noir" qui fit plusieurs morts dans la délégation israélienne.

Pour le reste, il est malaisé de comparer la carrière des deux champions d'exception. Avec 20 titres mondiaux à son actif, Phelps a détrôné Grant Hackett (18). Spitz n'a jamais participé à des championnats du monde pour la simple raison qu'il a pris sa retraite juste après les Jeux de Munich et que les premiers Mondiaux furent organisés à Belgrade en 1973. Au niveau des records mondiaux, Spitz en a battu 23 au cours de sa courte carrière et Phelps 18. Mais son compteur tourne toujours...

Enfin, Phelps fait aujourd'hui partie de la très restreinte corporation des nageurs millionnaires grâce à ses généreux sponsors, au même titre que Laure Manaudou, Pieter Van den Hoogenband et Ian Thorpe. Il n'empêche que son compte en banque s'est gonflé de 137300 euros grâce à ses prestations aux Mondiaux.