Cristiano Ronaldo en football, Novak Djokovic au tennis, Lewis Hamilton en Formule 1. Il est de ces sportifs qui incarnent l’image de leur sport. Par leur personnalité, par leur talent et par leur imprévisibilité. A 28 ans, Stephen Curry fait partie de ce cercle fermé, lui qui cette année a été élu meilleur joueur (MVP) de NBA à l’unanimité… Du jamais-vu dans l’histoire du basket américain.

Ses tirs à trois points du milieu du terrain qui ont fait sa marque de fabrique, le meneur de jeu les doit sans doute à une enfance enracinée dans le monde des paniers; lui qui est fils et frère de basketteurs professionnels.

A 18 ans, son talent précoce ne permet pas à son physique trop frêle de lui ouvrir les portes des plus grandes universités. Il parvient toutefois à décrocher une bourse à la moins renommée Davidson. Dès ses débuts, il aligne récompenses sur récompenses, sans toutefois permettre à son université de remporter un titre.

C’est en 2009 que Curry débarque en NBA. Il n’est que le septième choix de la draft, repris par les Golden State Warriors qui n’auront jamais aussi bien porté leur nom.

Meneur de jeu de cette jeune équipe de San Francisco, l’Américain portera ses équipiers, année après année, en alliant expériences sur expériences.

La saison 2014-2015 est celle de la maturation pour le groupe. Golden State et son patron sont sacrés. C’est le quatrième trophée de champion NBA du club de la Côte Ouest, le premier titre MVP pour celui que l’on voit souvent aux côtés de Barack Obama.

L’année 2016 est partie sur un tempo encore plus fort. Golden State affiche le record de 73 victoires en saison régulière et Curry bat le nombre de paniers à trois points (402). Mais le rêve est presque stoppé net en finale de conférence ouest, où les Californiens se retrouvent menés par Oklahoma, trois manches à une. Ils finissent par passer au septième match…

Et les voilà qui débutaient cette nuit la première manche (sur sept possibles) de la grande finale face à Cleveland. Une redite de la saison dernière, avec ce nouvel énorme choc attendu entre Stephen Curry et un certain LeBron James.