Arrivée avec vingt-cinq minutes de retard, après ses parents, Joris et Tine, mais aussi après Wilfried Meert et Bob Verbeeck, Tia Hellebaut avait un large sourire au moment de pénétrer dans le hall d’honneur du stade Roi Baudouin. Personne ne se doutait, alors, de l’importance du moment. Car, lorsque notre championne olympique de la hauteur prit le micro, ce fut pour annoncer qu’elle était enceinte de trois mois et qu’elle mettait, dès lors, un terme à sa carrière. Autant dire que la surprise fut totale dans l’assistance.

Après Kim Gevaert , c’était donc au tour de Tia Hellebaut, ce 5décembre! Nul ne s’attendait à pareille décision de la part de l’Anversoise qui avait toujours affirmé vouloir poursuivre au moins jusqu’aux Championnats du Monde, l’an prochain, à Berlin. Mais la nature en a décidé autrement "Je tiens à m’excuser pour les réponses vagues que j’ai apportées, ces derniers temps, à toutes les questions portant sur mon avenir! lance Tia. Mais vous comprendrez que je ne pouvais pas, que je ne voulais pas dévoiler ce magnifique secret."

Et Tia d’enchaîner de suite "Je suis heureuse humainement et sportivement. Cette grossesse m’enchante! Et puis, qu’y a-t-il de plus beau que terminer sa carrière avec un titre olympique?"

Visiblement émue aux côtés de Wim Vandeven, son entraîneur et ami, Tia avoue que "l’après-Jeux" de Pékin fut somme toute délicat. "Je n’ai pas réalisé immédiatement qu’il s’agissait de mon dernier concours! poursuit-elle. Même s’il est évident que Pékin est le sommet de ma carrière Ce n’est qu’à la reprise des entraînements que j’ai ressenti une certaine lassitude. Je n’étais plus aussi motivée! Wim l’a compris. Nous en avons discuté à l’une ou l’autre reprise. Et puis, est tombée la nouvelle que j’étais enceinte! Il va de soi qu’à 30 ans, j’aspirais à fonder une famille."

Comme une certaine Kim Gevaert "J’ai téléphoné à Kim en début de semaine pour l’avertir que j’étais enceinte et que je stoppais ma carrière. Elle était très heureuse et je l’en remercie."

Au moment de tourner la page de sa carrière sportive, Tia en retient deux moments. "Le premier remonte à 1999 lorsque Wim est devenu mon entraîneur et que je m’y suis mise sérieusement. Le second date de 2005, à Helsinki. Un an après Athènes, où je m’étais classée douzième et dernière de la finale de la hauteur, j’ai terminé sixième au Mondial, preuve que j’avais le potentiel."

Elle dont le cœur balançait entre l’heptathlon et la hauteur commença à privilégier cette épreuve. Les résultats s’enchaînèrent rapidement! Championne d’Europe en 2006, à Göteborg, au terme d’un concours légendaire, en 2007, à Birmingham, puis, après une saison estivale où elle fut tracassée par une blessure au tendon d’Achille, championne olympique en 2008, à Pékin. Au terme d’un autre concours de légende! Tia a marqué l’histoire de l’athlétisme belge.