BELLPUIG L'équipe nationale belge a-t-elle eu tort ou raison de participer aux Nations ? Le bilan final est, en tout cas, teinté de rose, puisque nos compatriotes ont finalement accédé à la seconde marche du podium.

Les vainqueurs? Les Italiens pardi, c'était annoncé, même si, au plan individuel, le local Javier Garcia Vico a coupé la ligne d'arrivée en vainqueur.

Ce ne fut pas suffisant pour déclencher la fête, il est vrai que dix- sept équipes seulement ont participé à ce qui est le Championnat du Monde par équipes nationales. Il n'y avait pas de quoi susciter un enthousiasme particulier, vu le nombre restreint de pilotes présents sur le site (51) mais surtout les différences de niveau. Les pilotes marocains sont apparus très fébriles à l'attaque des sauts de la piste catalane et constituaient des obstacles pour les plus avertis.

Dès samedi, les qualifications n'inspiraient pas trop confiance car nos compatriotes étaient dominés par les Estoniens, au-delà des Italiens et Finlandais, alors que l'autre demi-finale voyait les Français s'imposer aux Espagnols.

L'essentiel cependant était atteint puisque nos compatriotes accédaient à la finale unique que Garcia Vico dominera, ne laissant à Bartolini le soin que de mener la boucle initiale. Karlsson et Bethys apparaissaient en bonne position à ce moment mais ils ne pourront contrer ni le retour de Chiodi (le second élément nécessaire à la victoire italienne), ni ceux de Vehvilainen, d'Iven (revenu de la 13e position) et de Theybers. Aux trois quarts de l'épreuve, Peter était 5e et précédait Dany (déjà pointé 6e à la fin du premier tour), qui surmontera de fortes douleurs au bras pour clore une journée en beauté. Pour nos pilotes privés, terminer second était le rêve.

Manuel Priem, notre troisième élément, occupait la 16e position à mi-course mais une forte entorse (mais sans séquelle) le contraignait à interrompre son effort.

La victoire finale de l'équipe italienne confirme le pronostic, les nôtres, répétons-le, ont créé la belle surprise en précédant d'extrême justesse les Finlandais et les Espagnols. Déception pour la France par contre.

© Les Sports 2002