Cette décision a été prise à la suite d’une concertation avec les ministres des sports des autres communautés, et au terme d’une réunion rassemblant les ministres régionaux en charge des infrastructures sportives, les gouverneurs, les fédérations sportives et une épidémiologiste.

"La décision n’est pas facile, mais la dégradation de la situation sanitaire et l’augmentation du nombre de patients en soins intensifs dans les hôpitaux nous obligent à agir. Cela ne signifie pas pour autant que le sport francophone s’arrête, puisque la majorité des activités sportives pourront bien continuer, moyennant certaines adaptations dans leur organisation", indique Valérie Glatigny.

L'ensemble des sports en extérieur (avec ou sans contact, entraînements et compétitions) restent autorisés.

Pour les sports en intérieur (avec et sans contact), pour les moins de 12 ans, les entraînements et compétitions pourront se poursuivre normalement.

Par contre, pour les plus de 12 ans, les contacts sont désormais interdits pour les activités sportives indoor. Les entraînements devront être adaptés pour éviter tout contact et respecter les règles de distanciation sociale.

Une exception à cette règle est prévue, notamment pour les athlètes disposant du statut de sportif de haut niveau ou d’espoir sportif international et les étudiants en sciences de la motricité.

Pour l’ensemble des disciplines, la taille des groupes reste bien de 50 personnes (entraîneurs et encadrants compris).

Les douches et vestiaires seront fermés dans l’ensemble des clubs sportifs, comme prévu par le code orange, à l’exception des piscines. Ces dernières restent d’ailleurs bien ouvertes, mais les règles de distanciation sociale s’appliqueront à l’intérieur du bassin.

Les événements sportifs de plus grande envergure organisés sur base d’un protocole dédié ayant reçu l’aval des autorités locales, d’un virologue et de la Ministre des Sports ne sont pas impactés à ce stade.

Public autorisé, à certaines conditions

Concernant le public, celui-ci est toujours autorisé à assister aux matchs en extérieur, avec présence de 400 personnes maximum dans le respect des distanciations sociales et port du masque. Pour les sports intérieurs, 200 spectateurs maximum restent autorisés, dans le respect des règles mentionnées ci-dessus.

Jusqu’à nouvel ordre, les stages sportifs de la Toussaint sont donc maintenus, et devront être organisés moyennant le respect des règles précitées.

"Nous avons rappelé à plusieurs reprises aux fédérations sportives la nécessité pour l’ensemble des acteurs du sport de respecter les règles en vigueur sur et en dehors des terrains. Nous en appelons une nouvelle fois à la responsabilité de tous", ajoute la Ministre Glatigny.

Il a également été proposé de procéder à la fermeture des buvettes 45 minutes après la dernière activité sportive. Chaque club devra en outre désigner un responsable Covid chargé de faire respecter les règles sanitaires. Rappelons que les buvettes sont uniquement ouvertes dans le Brabant wallon et en région germanophone. Elles sont fermées partout ailleurs dans le pays.

Quid des championnats de football ?

La fédération francophone de football (ACFF), qui n'a pas caché son désaccord avec la fermeture des buvettes au sein de ses clubs, se réunit par ailleurs ce mardi en début de soirée afin d'envisager la suite à donner à ses championnats. Si arrêt des compétitions il devait y avoir, il ne viendra donc pas d'une décision imposée par la ministre des Sports.