Grand habitué des Jeux équestres mondiaux dont il a vécu toutes les éditions à l’exception de celle de 1994, à La Haye, Ingmar De Vos s’était montré confiant, mais aussi réaliste, au moment de commenter les ambitions belges pour Lexington.

"Nous signerions des deux mains pour rentrer en Belgique avec le même palmarès qu’à Aix-la-Chapelle en 2006", avait-il déclaré lors de la présentation de la délégation belge pour ces sixièmes Jeux équestres mondiaux de l’histoire.

Le 10 octobre, et alors que le rideau se refermait sur le Kentucky Horse Park, les sourires étaient omniprésents dans le clan belge. Et pour cause, le bilan d’Aix-la-Chapelle venait d’être amélioré !

Les médailles d’or de Jos Lansink (jumping) et de Félix-Marie Brasseur (attelage) et la médaille d’argent de l’équipe d’attelage ramenées d’Allemagne avaient effectivement cédé la place à un total de quatre médailles : l’or pour Philippe Le Jeune (jumping), qui subira une opération à Louvain au genou droit qui le laissera sur le flanc quelques semaines, l’argent pour Michèle George (para-equestrian dressage) et l’équipe de reining, et le bronze pour l’équipe de saut d’obstacles. "Nous sommes bien évidemment très heureux de ce bilan, surtout qu’il est encore rehaussé par les qualifications de nos équipes de concours complet et de saut d’obstacles pour les Jeux olympiques de Londres", soulignait fort justement Ingmar De Vos. " Nous savions qu’une telle réussite était de l’ordre du possible. Mais ce n’était définitivement pas une certitude. En plus des médailles, les deux qualifications pour les JO constituent vraiment une bonne nouvelle. L’Europe est de loin le meilleur continent au niveau des sports équestres, celui où la concurrence est la plus rude. Le nombre de places aux JO étant identique pour tous les continents, il est très difficile d’assurer sa qualification. C’est désormais chose faite pour nous et nous avons maintenant deux ans pour préparer notre déplacement à Londres et discuter avec le COIB, l’Adeps et le Bloso."

Parmi les déceptions, car il y en a tout de même eu dans le clan belge, Ingmar De Vos pointe les "deux Karin". Karin Boulanger, tout d’abord, qui n’a pas pu prendre le départ en endurance après l’opération en catastrophe de son cheval, Poespass, Karin Donckers ensuite, qui a pris la quatrième place en concours complet. "Nous sommes persuadés que son arrêt sur le cross (NdlR : un obstacle avait été abîmé plus en avant sur le parcours) lui a fait perdre la médaille de bronze. Cet arrêt forcé a brisé son élan. Sans cela, elle aurait eu moins de pénalité de temps. C’est toutefois difficile à prouver Il ne nous reste qu’une chose à faire : travailler pour les Jeux olympiques de Londres !"