Automobilisme

24 H de Dubaï : avec Leinders, Bouvy, Vosse, Lémeret et Franchi

Envoyé spécial aux Emirats arabes unis Olivier De wilde

DUBAÏ Après le stress d'un voyage en groupe, la vingtaine de membres du Delahaye Racing Team a poussé un grand ouf ! de soulagement, hier matin, en ouvrant les portes de l'immense conteneur dans lequel leurs deux Silhouettes ont navigué durant un mois en direction des Emirats Arabes Unis. Les deux Renault Mégane Trophy et les tonnes de matériel sont arrivés intacts. Un rugissement de moteur a même fait vibrer tout le monde. Les 3.5 litres n'ont pas trop pris l'humidité. L'aventure peut commencer. Ici pas d'annulation ou de menace, tout le monde est bien arrivé aux portes du désert...

Et tandis que les mécaniciens en t-shirts s'installaient dans un é-norme box aux standards F1 partagé avec la Porsche Oktanas des polemen 2007, qu'un spécialiste venu pour la journée de Belgique stickait la 2e Mégane toute blanche aux couleurs nationales (mais aussi de Zolder et Francorchamps envoyant à tous les amateurs de sport auto une originale carte de voeux), le patron du team Delahaye Renault United for Belgium songeait déjà à la cour- se. "Dubaï représente pour nous un triple défi, avoue Gilles Terlinden. Tout d'abord, il s'agit de notre première grande endurance internationale. Ensuite, c'est la toute première fois que nous affronterons cette distance avec les Mégane championnes de Belgique en Tourisme. On a gagné facilement les 12H à Spa mais on ne peut pas garantir la fiabilité de nos machines au-delà. Enfin, le niveau est nettement plus relevé qu'en BTCS. Nous abordons dès lors cette épreuve avec modestie."

Mais aussi beaucoup de minutie. Toute l'équipe wavrienne, assistée sur place par un seul ingénieur français de Renault Sport, prépare ce rendez-vous depuis trois mois com- me personne d'autre. En soignant tous les détails, à commencer par la composition des équipages.

"Ainsi que l'autorise le règlement particulier, nous avons décidé de limiter les risques en constituant un équipage de cinq pros (Fred Bouvy et Vincent Vosse rejoints par les anciens pilotes de monoplaces Greg Franchi et Bas Leinders ainsi que par notre collègue Stéphane Lémeret) connaissant bien la voiture et l'endurance. Notre stratégie constitue une première du genre. Cela permettra de mieux préparer la course et les réglages lors des six heures d'essais de jeudi. Sur la Mégane 104 noire, les titulaires en début de course seront Vosse et Franchi, tandis que sur la 105 blanche on retrouvera Lémeret et Leinders, Bouvy jouant le rôle de l'électron libre en passant de l'une à l'autre. Si une auto est retardée ou connaît un souci, les cinq hommes poursuivront la course sur une seule voiture. Ainsi, on multipliera nos chances de bon résultat."

Ils sont effectivement les seuls parmi les 90 concurrents à avoir songé à cette option. Et à donc pouvoir, en théorie, monter sur deux marches différentes. "On n'a pas pensé à cela mais tous les deux ont deux jambes", conclut en se marrant un Gilles Terlinden n'osant pas trop rêver de podium pour cette grande première. Même s'il fait tout pour...