Si la semaine dernière fut celle des derniers espoirs européens pour les supporters belges de football, leurs homologues basketteurs ont encore trois bonnes raisons de se réjouir, soit autant de formations belges encore en lice sur la scène européenne: Anvers disputera mardi les quarts de finale aller de la Coupe Saporta, Ypres fera de même mercredi en Coupe Korac alors qu'Ostende a déjà les huitièmes de finale de la Suproligue en point de mire.

Si aucune de ces équipes ne nourrit pour autant d'ambitions démesurées, force est toutefois de constater que le bilan actuel des clubs belges en compétitions européennes est déjà plus que satisfaisant: Anvers et Ypres sont en effet en mesure, dès cette semaine, de prendre une option sur les demi-finales d'une compétition européenne, une perfomance qu'un club belge n'a réalisée qu'à trois reprises auparavant.

C'est le Standard qui, en 1972, inscrivit pour la première fois une équipe belge dans le carré d'as d'une compétition européenne, en l'occurence la Coupe Korac. Une Coupe dont c'était cette année-là la première édition et qui n'impliquait, à l'époque, que huit participants! De quoi relativiser la performance La formation liégeoise n'eut en fait qu'à se défaire de Barcelone avant de chuter contre Zagreb, futur vainqueur de l'épreuve.

La prestation la plus notable à ce jour sur la scène européenne est à mettre à l'actif de Malines qui réalisa, une année plus tard, l'exploit d'atteindre la finale après s'être défait de Salonique, Zagreb et Barcelone, Cantu les privant finalement du titre suprême.

Entre la gloire des débuts et l'heure actuelle, la Belgique connut, plus qu'à son tour, des périodes de vaches maigres. Seul Malines, grand émissaire du basket belge, fut l'auteur de quelques performances intéressantes (mais malheureusement éparses) au début des années 90. Une période pendant laquelle le club de Lucien Van Kerschaever, emmené alors par Struelens, Varner et Samaey, avait ajouté à son tableau de chasse des équipes de la trempe de Limoges, de Trévise ou encore du Real Madrid.

La dernière campagne intéressante en date remonte à 1999, année des performances conjointes d'Alost (deuxième, à l'issue des qualifications, d'un groupe qui comprenait Barcelone, le PSG et Leverkusen), de Charleroi (huitième de finaliste de la Coupe Saporta) et d'Ostende, bien sûr, qui devint le troisième club belge à atteindre une demi-finale européenne, avant de laisser l'Estudiantes Madrid s'envoler vers la finale de la Coupe Korac qu'ils perdirent au profit de Barcelone.

Si l'année 2001 peut donc s'annoncer, au vu des prestations précédentes, comme un grand cru, force est de constater que les duels qui se dessinent à l'horizon s'annoncent plutôt difficiles. Anvers, miné par les absences, recevra une équipe ukrainienne en pleine forme; tout déplacement en Italie est toujours délicat, celui d'Ypres à Trieste ne fera pas exception; quant à Ostende, son classement actuel (7e du groupe B) l'amènera à rencontrer un des ténors de la Suproligue dès les huitièmes de finale. Difficile, certes, mais le basket belge n'a, après tout, jamais été avare d'exploits.

© La Libre Belgique 2001