Troisième titre pour Bolt
© AP

Omnisports

Troisième titre pour Bolt

AFP

Publié le - Mis à jour le

Le phénoménal Jamaïcain Usain Bolt, qui a empoché sa 3e médaille d'or en six jours, cette fois collective avec le relais 4X100 m, et le perchiste australien Steven Hooker, en deux sauts, ont été les héros de la 8e journée des Championnats du monde d'athlétisme samedi à Berlin. Cette avant-dernière séance a aussi valu par le bonheur intense de la Polonaise Anita Wlodarczyk, qui a battu le record du monde du marteau avec un 2e jet à 77,96 m. Dans le second virage, Bolt a scellé le sort des autres équipes en avalant le concurrent canadien, victime expiatoire au couloir 8. Asafa Powell n'avait plus qu'à terminer le +travail+ en 37 sec 31/100.

Ainsi, au lendemain de son 23e anniversaire, Bolt a fait presque aussi bien qu'aux Jeux 2008, un record du monde en moins. A Pékin, les Jamaïcains avaient amélioré le record en 37 sec 10/100. A Berlin, le sprinteur phénomène a "seulement" battu ses marques planétaires sur 100 m (9.58) et 200 m (19.19), mais de quelle façon! "On ne s'habitue pas aux victoires. Le relais, c'est vraiment amusant. Si on n'a pas battu le record, c'est un peu de ma faute. J'étais un peu fatigué", a expliqué un Bolt d'excellente humeur. Cinquante minutes plus tôt, le relais féminin de la Jamaïque n'avait guère plus tremblé. D'autant que les Américaines n'avaient pu défendre leur chance, éliminées en série sur blessure de Muna Lee.

Quelques minutes avant le tour de piste de Bolt and Co, Hooker en avait joué un bien mauvais aux Français Romain Mesnil et Renaud Lavillenie, finalement médailles d'argent et de bronze. Le gaillard (1,87 m), champion olympique à Pékin, s'est imposé avec seulement deux sauts, un premier manqué de peu à 5,85 m, un second réussi à 5,90 m. Ce service minimum lui était imposé par une élongation à l'adducteur de la jambe droite. "Je suis en extase. C'est incroyable. C'était une stratégie risquée", a commenté le "Kingourou" de Melbourne.

Le blond "aussie" est bien une bête de concours, comme d'ailleurs l'Américain Dwight Phillips, vainqueur de la longueur, avec un bond à 8,54 m, devant le Sud-Africain Godfrey Mokoena (8,47 m) et l'Australien Mitchell Watt (8,28 m). Double champion du monde (2003 et 2005) et médaillé d'or aux Jeux 2004 à Athènes, Phillips avait ensuite entamé une régression qui semblait irréversible. "L'hiver dernier, on s'est assis autour d'une table avec mon entraîneur, ma femme et toute la famille", a expliqué Philipps. A bientôt 32 ans, il a perdu plusieurs kilos pour "voler" à nouveau.

Tenant du titre et médaillé d'or aux Jeux, le Panaméen Irving Saladino lui a aussi facilité la tâche en +mordant+ ses trois premiers sauts Or et record. La Pologne a remercié Wlodarczyk d'avoir rendu le plus beau des hommages à Kamila Skolimowska, la championne olympique du marteau d'Athènes, décédée en début d'année d'une embolie pulmonaire à seulement 26 ans lors d'un stage au Portugal.

Après son essai, qui efface la marque de la Russe Tatyana Lysenko (77,80), Wlodarczyk n'a plus lancé. En sautant de joie, elle s'est fait une entorse. La journée a également souri aux Kényans, avec deux doublés. Au marathon messieurs, Abel Kirui a gagné pour sa première sélection, devant Emmanuel Mutai.

Après le 10.000 m, Meseret Defar a laissé échapper le 5000 m, dont elle détenait le titre, au profit des rivales au maillot rouge, Vivian Cheruiyot et Sylwia Kibet. Quatrième sur la plus longue distance, l'Ethiopienne a dû se contenter cette fois du bronze. L'absence de Tirunesh Dibaba aura coûté cher à son pays.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous