ENVOYÉ SPÉCIAL À BARCELONE

Juchés sur la colline de Montjuich, les quartiers généraux du Dakar 2005 dominent la capitale catalane sous un soleil éclatant. Un parfum d'aventure embaume les anciennes installations olympiques au fur et à mesure que les quelque 700 véhicules engagés dévalent la pente entre le Palacio Sant Jordi, centre nerveux des vérifications techniques et administratives, et la Plaza Espana où se dressent le parc ferme et le podium de départ de cette 27e édition.

Un grand cru que ce Barcelona-Dakar qui avait fait le plein d'inscriptions au sortir de l'été. Jamais non plus, tant d'écuries d'usines, tant de champions du Monde des rallyes (5) et tant d'anciens vainqueurs (9) ne s'étaient retrouvés simultanément sur la ligne de départ de la grande transsaharienne.

Autos: Mitsubishi favori

Côté autos, Mistubishi part une nouvelle fois avec les faveurs du pronostic. Lorsqu'on accumule les succès sur la dernière décennie et qu'on aligne à la fois l'une des meilleures voitures et des équipages de rêve comme Peterhansel-Cottret, Masuoka-Schulz, Alphand-Picard et Roma-Magne on devient inévitablement l'équipe à battre. Pour y parvenir, Nissan a mis le paquet. Trois nouveaux Pickup officiels pour Vatanen, McRae et De Villiers ainsi que les trois Pickup du Team Nissan France Dessoude pour Grégoire de Mevius, le Portugais Sousa et le Japonais Kenjiro Shinozuka. Gros moyens et budget gigantesque également chez Volkswagen où les quatre Race Touareg de la marque de Wolfsburg sont confiés à Juha Kankkunen, Jutta Kleinschmidt, Bruno Saby et Robby Gordon. Voilà pour les équipes officielles. Pour la bataille en tête il faudra également compter sur le deux Buggys Schlesser, l'un (pour Servia) muni du Ford V 6, l'autre (pour Schlesser) équipé d'un puissant 5,4 litres V 8, mais aussi sur les BMW X 5 dont Sven Quandt a retardé la mise au musée pour les confier à l'Espagnol Monterde et, surtout, à l'étonnant Qatarien, Nasser Al Attiyah, révélation de l'édition 2004. Reste enfin les buggys VW TDI de Stéphane Henrard et Jean-François Guinot qui, bien que manquant de puissance pure, feront surtout parler leur fiabilité.

Motos: KTM imbattable?

Sur deux roues en l'absence du regretté Richard, brutalement disparu à l'automne dernier en Egypte et suite au passage de Joan Roma sur quatre roues: le Dakar cherche un successeur à cette grande lignée de champions. Cette fois, et même si comme pour l'essentiel de ses équipiers chez KTM, l'esprit ne sera pas toujours à la fête, l'heure de Cyril Despres paraît avoir sonné. Le motard parisien devra cependant se méfier de la relève catalane prise par Marc Coma et l'expérience de ce vieux renard qu'est Fabrizio Meoni. Trois pilotes pour une seule marque: KTM qui peut s'attendre, sur les portions moins roulantes, à une belle réplique de la Yamaha 2 roues motrices de Frétigné.

Pour toutes les réponses: rendez-vous les 16 janvier prochain sur les bords du lac Rose.

© Les Sports 2004