Largement distancé par le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) sur l'asphalte de la Catalogne et de la Corse, le Finlandais Marcus Gronhölm (Ford Focus) espère se refaire une santé avec le retour sur la terre lors du rallye d'Argentine, 6 éme manche du Championnat du monde, de jeudi à dimanche, dans la province de Cordoba.

Victorieux des deux premières épreuves de la saison, à Monte-Carlo et en Suède, le géant blond n'a fait depuis que subir la loi du double champion du monde. Une sortie de route au Mexique (8 éme ) puis l'aisance naturelle de Loeb sur le bitume ont fait le reste et réinstallé le Français au sommet du Mondial. Mais avec 11 points de retard sur Loeb, Gronhölm a jusqu'ici limité les dégâts et attend avec une certaine impatience la poussière et les graviers argentins où il est d'habitude très performant (victoire en 2003, deux fois 2 éme ). «C'est un rallye que je connais bien, souligne le Finlandais. Nous avons trois manches successives sur terre (Argentine, Sardaigne, Grèce) et il est important pour nous de bien les réussir. J'ai besoin de combler l'écart avec Loeb au championnat pilotes et je compte sur les épreuves sur terre pour le faire.»

Le parcours très varié de l'étape argentine, qui comprend des bosses, des gués (17 au total) et un revêtement sablonneux, est en général apprécié des concurrents. Principale crainte des pilotes: la hauteur de l'eau dans les gués que les voitures abordent à pleine vitesse. Comme au Mexique, l'altitude devrait également jouer un rôle non négligeable en réduisant la puissance des bolides.

Enfin, l'autre écueil traditionnel à éviter sur terrain sec sera le balayage.

«La tactique est assez simple, explique Sébastien Loeb. Ouvrant la route, il va falloir rouler à bloc dès le premier mètre et balayer pendant plus de 110 km. Marcus part juste derrière moi, Petter (Solberg) n'aura que quatre voitures devant lui, mais d'autres pilotes peuvent profiter de leur position favorable. J'espère que vendredi soir, la victoire sera toujours un objectif envisageable.»

Les bons antécédents de la Xsara en Argentine (victoires en 2004 avec Carlos Sainz et en 2005 avec Loeb), associés aux enseignements récoltés au Mexique, plaident en faveur de Kronos, l'équipe du Français, même si cette année le rallye a lieu trois mois plus tôt, à l'automne et non en hiver. «Certains paramètres ne seront pas les mêmes», avoue le patron de l'écurie Marc Van Dalen. «Mais nous ne partons pas dans l'inconnu puisque l'équipe Citroën a disputé le rallye à cette époque en 2003.»

Le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) n'a lui plus de temps à perdre. Seulement 5 éme à 36 longueurs de Loeb, il espère revenir dans la course au titre sur la terre argentine, dans la lignée de sa 2e place au Mexique. «Il n'y aura aucune excuse en Argentine, reconnaît le champion du monde 2003. Je vais attaquer au maximum dès le départ. Il n'y a pas d'autre stratégie à avoir pour cette épreuve.»

© Les Sports 2006