La Belgique a beau ne pas lutter à armes égales face aux grosses usines à champions, elle n'en demeure pas moins une nation qui compte dans le paysage sportif international... Joies et déceptions, exploits et contre-performances, nos athlètes ont d'ailleurs tout connu en cette année pré-olympique.

A cet égard, 2007 fut sans conteste une année de contrastes parfaitement illustrée par Justine Henin et notre équipe nationale de football. Ces deux-là ont en effet souvent alimenté les discussions durant ces douze derniers mois. Les adjectifs utilisés n'avaient toutefois pas la même saveur, qu'on se trouve d'un côté ou de l'autre.

Dix titres (en quatorze tournois) et soixante-trois succès : Justine Henin a réalisé une année pleine après - pourtant - quelques semaines difficiles consécutives à sa séparation avec son mari, Pierre-Yves Hardenne. Avec un tel bilan, quelle pourrait être la place de notre tenniswoman sinon la première ? Installée au faîte de la hiérarchie durant quarante-cinq semaines consécutives, elle a achevé sa saison avec vingt-cinq succès de rang. Série en cours... Sa domination sur le tennis mondial est telle aujourd'hui qu'elle compte désormais 2 000 points d'avance sur Svetlana Kuznetsova, sa plus proche poursuivante au classement WTA ! Victorieuse à Roland Garros, à l'US Open et aux Masters, Justine Henin est sans conteste la représentation même de la Belgique qui gagne.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de notre équipe nationale belge de football qui n'en finit plus de sombrer dans l'indifférence générale. Déjà incapables de se qualifier pour la Coupe du monde en Allemagne sous Aimé Anthuenis, les Diables Rouges ne se sont pas révélés plus performants dans la campagne de qualification pour l'Euro 2008.

Débutée par un revers "amical" contre la République tchèque, l'année 2007 a vu les hommes de René Vandereycken s'incliner contre le Portugal (deux fois), la Finlande et la Pologne. Impossible dans ce cas d'éviter une troisième absence consécutive à un grand rendez-vous. Notre équipe nationale est à l'image du football belge en général : en très nette perte de vitesse. Nos clubs ont ainsi également été rattrapés par la dure réalité du football européen. Le Racing Genk a quitté la scène continentale dès le deuxième tour qualificatif de la Ligue des champions. Eliminé au tour suivant, Anderlecht est ensuite parvenu à sauver la face en se qualifiant pour la phase des poules de la Coupe de l'UEFA, chose que ni le Standard ni Bruges ne sont parvenus à faire... Dans ce climat morose, la qualification de nos Espoirs pour les Jeux olympiques a justement été accueillie comme une éclaircie dans la grisaille.

Nos Diablotins tenteront de porter bien haut les couleurs de la Belgique à Pékin et cet objectif sera également celui de notre équipe nationale de hockey qui a surpris tout son monde, au mois d'août, en obtenant son ticket pour les Jeux au détriment de l'Allemagne, championne du monde en titre ! La performance avait bien été évoquée au moment de débuter l'Euro à Manchester... Mais ils étaient peu nombreux les observateurs à imaginer un tel exploit. La qualification n'en était que plus belle.

Que dire aussi de la prestation de notre équipe du relais 4x100 aux Mondiaux d'athlétisme ? La médaille de bronze ramenée d'Osaka par Olivia Borlée, Hanna Mariën, Elodie Ouedraogo et Kim Gevaert a prouvé à l'ensemble du monde sportif belge que les exploits étaient toujours possibles, même dans des disciplines dominées par les superpuissances.

Au final, de 2007, nous retiendrons d'ailleurs ces performances plutôt que la retraite de Kim Clijsters, les résultats moindres de nos tennismen ou les objectifs non réalisés par nos golfeurs ou nos différentes équipes d'équitation...

© La Libre Belgique 2007