Rendez-vous traditionnel de la fin d'année, le jumping international de Malines débute aujourd'hui dans un Nekkerhal qui s'apprête une nouvelle fois à faire le plein de spectacle et de spectateurs. Contrairement à ce que la conjoncture actuelle aurait pu laisser croire, les places se sont, en effet, rarement aussi bien vendues en prévente, preuve du caractère incontournable de l'événement malinois.

Celui-ci réunit effectivement en cinq journées de compétition trois épreuves de la Coupe du monde dans les disciplines du saut d'obstacles, du dressage et de l'attelage. "Malines est un concours qui s'adresse à tout le monde. C'est la fête du cheval", souligne Yolande Wauters-de Changy qui - comme tous les organisateurs du jumping - conserve toujours en mémoire l'édition 2006.

Les cavaliers belges avaient alors réussi un exceptionnel tir groupé dans le Grand Prix Coupe du monde de saut d'obstacles en s'adjugeant la première place grâce à Dirk Demeersman, mais aussi les trois suivantes grâce à Jos Lansink, Judy Ann Melchior et Patrick McEntee. "On ne pouvait pas rêver mieux pour l'ambiance et le spectacle. Huit cavaliers au barrage et les quatre Belges aux quatre premières places... C'était exceptionnel !"

Pareil exploit ne sera probablement plus reproduit avant longtemps, mais au vu du plateau réuni à Malines en cette fin d'année, il ne fait aucun doute que nos douze compatriotes auront une belle carte à jouer tout au long de la compétition et plus particulièrement lors du Grand Prix Coupe du monde qui se disputera mardi à 20h45. Philippe Le Jeune et Vigo d'Arsouilles, élu cheval belge de l'année, figureront notamment parmi les favoris à un classement, au même titre, par exemple, que Patrick McEntee, toujours très en vue à Malines et auteur d'un excellent concours à La Corogne le week-end dernier.

Pour un CSI-W 5 étoiles, la concurrence étrangère est en revanche quelque peu décevante, mais elle démontre que l'élite du saut d'obstacles appelle à un peu de repos après une saison longue et astreignante. Le public malinois pourra toutefois observer d'authentiques champions comme les Néerlandais Albert Zoer et Gerco Schröder, les Français Pénélope Leprévost, Roger-Yves Bost et Philippe Rozier, ou encore le Britannique Robert Whitaker. Son cousin, William, s'était imposé contre toute attente l'an dernier, mais il sera absent cette année.

© La Libre Belgique 2008