© EPA

Omnisports

Une occasion unique pour Charleroi

David Lehaire

Publié le - Mis à jour le

Ce lundi, les Spirou se sont adonnés à une séance d'entraînement en fin d'après-midi. Histoire de ne pas se mettre dans le rouge physiquement avant d'accueillir Sofia, dans ce qui constitue peut-être déjà le match le plus important de leur saison. Cette rencontre, les Hennuyers l'abordent en toute sérénité, suite aux douze points d'avance qu'ils ont ramenés de leur déplacement en Bulgarie (73-85).

Avec 17 années de présence au plus haut niveau, Jacques Stas est bien placé pour savoir à quel point ce duel est important. Joueur du grand Malines de 1992 à 1994, il a, en effet, déjà vécu des choses énormes dans sa carrière. «L'événement le plus unique auquel j'ai pu participer fut l'Euro 1993. Je n'en ai pas pris conscience au moment même mais en constatant que la Belgique ne parvient plus à un niveau pareil», dit le capitaine des Spirou. Avant d'ajouter: «On me demande souvent de comparer Charleroi à Malines. J'y ai encore pensé ce week-end et je reste persuadé que Malines demeure encore un cran au-dessus. Cette équipe avait tout et elle était composée de beaucoup de Belges.»

Jacques Stas participa, en 1994, à l'épopée européenne du cercle anversois. Une épopée qui ne s'arrêta qu'au pied des quarts de finale de la Coupe des Champions, ex-EuroLigue. «Nous y avons battu tous les grands d'Europe. Nous n'avons dû qu'à un average négatif... d'un point par rapport au Barça de ne pas aller dans le top 8. Savoir que les Catalans ont, ensuite, disputé le Final Four m'a fait prendre conscience de l'ampleur de notre performance.»

Si elles battent Sofia - ou, au pire, s'ils perdent de moins de douze unités! - les troupes de Vucevic tiendront, elles aussi, leur parcours de référence. «Notre huitième de finale de Saporta en 1999 contre Trévise n'était pas mal non plus, rappelle Stas. Nous ne sommes pas passés loin d'éliminer le futur vainqueur. Si nous devions nous qualifier, notre quart de finale aurait un peu la même signification pour moi car nous y rencontrerions un grand d'Espagne (Valence ou Badalone)

En Belgique, Charleroi est actuellement le cercle dominant. Champion à quatre reprises de 1996 à 1999, il est surtout l'équipe phare de ce début de siècle. «Même si le club n'est pas à l'abri de l'un ou l'autre échec, je pense que son hégémonie va durer. Dans les dix prochaines années, je le vois gagner sept titres nationaux.»

© Les Sports 2005

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci