La princesse Haya de Jordanie a été élue présidente de la Fédération internationale d'équitation (FEI), lundi à Kuala Lumpur, en remplacement de l'Infante d'Espagne Pilar de Bourbon, à ce poste depuis 12 ans. Haya de Jordanie a, à l'issue d'une bataille acharnée, recueilli plus de votes que ses rivaux, la princesse Benedikte du Danemark et le vice-président grec de la FEI, Freddy Serpieri.

La Princesse de Jordanie va devoir gérer les préparatifs en vue des Jeux olympiques de Pékin, événement dont les épreuves d'équitation seront disputées à Hong Kong. Elle a aussitôt annoncé que son mandat serait consacré à l'amélioration des moyens de communication et de financement de l'organisation, insistant plus particulièrement sur la nécessité de développer les Fédérations au niveau national et de garantir le poids de la FEI au sein de la famille olympique.

La Princesse a reconnu que la campagne, très disputée, avait créé des «fractures», mais s'est voulue fédératrice. «J'espère que tout le monde va se rassembler afin que nous puissions affronter le futur, unis. Nous devons, tout d'abord, entrer dans le 21e siècle. Nous avons un sport magnifique qui englobe, au sein de la FEI, de nombreuses disciplines.»

Agée de 31 ans, Haya de Jordanie reste une cavalière de haut niveau. Elle représente son pays depuis l'âge de 13 ans et a participé aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000.

© Les Sports 2006