A quelques jours des Championnats du monde de Val d’Isère, la Coupe du monde de ski alpin fait étape à Garmisch-Partenkirchen pour une vaste répétition générale comportant un slalom et un super-G pour les dames, une descente et un slalom pour les messieurs.

Il y a ceux qui, comme Lindsey Vonn, Didier Défago ou Ivica Kostelic, ont quelques certitudes et il y a les autres, beaucoup plus nombreux, tels Benjamin Raich, Bode Miller ou dans une moindre mesure la locale de l’étape, Maria Riesch qui sont dans le flou.

Vonn a retrouvé sa place en première classe à la faveur d’un beau mois de janvier où elle a repoussé sa principale rivale, Riesch, à plus de 100 points alors que celle-ci la devançait de 107 unités après sa victoire dans le slalom de Maribor le 11 janvier.

Même si le programme de Garmisch-Partenkirchen ne lui est qu’à moitié favorable, l’Américaine, lauréate de la dernière Coupe du monde, abordera quoi qu’il lui arrive ce week-end, les Mondiaux 2009 avec confiance.

Il pourrait en être tout autrement pour sa grande copine Riesch. La représentante du ski-club de Partenkirchen vient de connaître trois abandons sur ses cinq dernières courses. Pour peu que sa malchance ou sa fébrilité la rattrapent aussi en slalom, le seul réel espoir allemand de podium à Val d’Isère (2-15 février) serait incroyablement fragilisé. Car le slalom est cette saison sa discipline : elle reste sur un impressionnant quadruplé (La Molina, Semmering, Maribor, Zagreb) et compte pour plus mauvais résultat une 6e place.

Chez les messieurs, fort de son doublé à Wengen et Kitzbühel, le Suisse Didier Défago fait figure de favori de la descente disputée sur la mythique piste du Kandahar. Leader de la Coupe de la spécialité, l’Autrichien Michael Walchhofer a longtemps exécré Garmisch avant d’y trouver ses marques en 2005 avec deux victoires en deux jours. Le Suisse Didier Cuche, meilleur temps du premier entraînement jeudi, a rappelé qu’il s’était imposé en 2004 dans la station bavaroise.

Comme souvent, Bode Miller appartient au groupe des prétendants, mais l’imprévisible Américain sort d’un mois de janvier calamiteux avec un seul podium et quatre abandons, mais la descente lui permet de surnager. Il faudra attendre dimanche pour voir en piste le surprenant leader de la Coupe du monde, le Croate Ivica Kostelic. (AFP)