Ce matin, on s’extasie devant les performances des athlètes belges aux championnats d’Europe à Barcelone. Et on a raison ! L’exploit global est d’autant plus beau que la politique sportive en Belgique est bancale. Les performances individuelles sont le fard d’une organisation défaillante, depuis le sport à l’école jusqu’à l’encadrement des élites. Est-ce un hasard si les frères Borlée sont partis parfaire leur formation et leur condition sous le soleil de Floride ? Louerait-on leurs exploits s’ils étaient restés en Communauté française où il n’existe pas la moindre infrastructure indoor digne de ce nom ? André Antoine (CDH), présent en Catalogne, est monté au créneau et a promis que les choses allaient - enfin - bouger. On verra à l’autopsie.

Après Pékin, Jacques Borlée avait poussé un cri de révolte. Il n’avait pas fait que déverser son fiel, il apportait également sa méthode. A-t-il été entendu ? Les gens compétents sont-ils toujours au bon endroit en Belgique ou bien préfère-t-on finalement un mou consensuel à un compétent prompt à secouer le cocotier ?

Il y a du talent en Belgique, à tous les échelons, mais les étincelles sont souvent étouffées dans l’œuf par l’inertie ambiante, à commencer par celle du monde politique.

Hier, Wallons et Flamands couraient dans le même sens, on a vu ce que cela a donné. Le raccourci est sans doute facile mais puissent les politiciens y trouver source d’inspiration.