Au début, Yannick Bestaven n’était qu’un outsider parmi d’autres. Un top 10 était à sa portée mais sans doute pas plus. À la fin, c’est lui le vainqueur de l’“Everest des mers”. Sur tapis vert, certes. À 48 ans, cet originaire de Saint-Nazaire (ville des chantiers navals) a eu Yves Parlier comme mentor lors de la course de l’Europe 1999 sur l’Imoca (monocoque de 18,28 mètres, la jauge du Vendée Globe) “Aquitaine Innovations”. En 2001 il remporte la Mini-Transat 6.50 sur un prototype construit en compagnie d’Arnaud Boissières, son ami également engagé sur ce Vendée Globe. 

Après plusieurs années sur le circuit Figaro avec des résultats mitigés, il prend le départ du Vendée Globe 2008 à la barre de l’ex-“Aquitaine Innovations”. Las, il démâte dès le golfe de Gascogne. Une terrible déception. 

Ingénieur de formation, soucieux de l’empreinte carbone laissée par les bateaux, Bestaven co-invente un hydrogénérateur (Watt&Sea) qui équipe aujourd’hui la quasi-totalité des bateaux du Vendée Globe et au-delà. L’ingénieux n’en délaisse pas pour autant ses premières amours et remporte deux Transat (en double) Jacques Vabre en 2011 et 2015 en Class40, catégorie prisée par les amateurs néanmoins éclairés. 

Le Vendée Globe lui avait laissé un goût amer et il avait envie d’y regoûter. Il rachète dans un premier temps le “Bastide Otio” (ex-PRB) de Kito de Pavant en vue du Vendée Globe 2020. Chose rare dans le milieu, son sponsor Maître Coq lui permettra d’être mieux armé en rachetant l’ex-“Safran” de Morgan Lagravière, un Imoca à foils conçu en vue du Vendée Globe 2016. Un bateau éprouvé (55 000 milles au compteur) et parfaitement maîtrisé par son skipper. Marqué par son déroutage pour porter secours à Kevin Escoffier naufragé, Yannick Bestaven, pourtant peu démonstratif avait peu goûté à sa journée du 4 décembre 2020 dans les mers du sud: “La mer est démontée, le bateau cogne dans tous les sens. Ça tape trop fort. Se lever est dangereux, se faire un café est dangereux… Je vis comme un sanglier.” Le sanglier est aujourd’hui sorti de sa tanière.

© AFP