En "team building" en Ardennes durant trois jours, l'équipe nationale peaufine les derniers réglages d'une sérieuse préparation pour Pékin. Depuis la qualification pour les JO décrochée à la Coupe d'Europe à Manchester il y a un an, l'équipe a multiplié les séances d'entraînements, les compétitions à l'étranger ou encore les matches amicaux. Bien sûr, tout ceci a un coût. L'effet JO a eu un grand impact sur le budget de la fédération.

"Notre enveloppe sponsoring atteint les 350 000€", souligne le président, Marc Coudron. "Nous avons eu de nouvelles offres de contrat après notre qualification. La plupart de nos partenaires nous avaient fait confiance bien avant notre parcours anglais. Si certains avaient pris un risque il y a quelques années en s'associant à un sport moins connu, aujourd'hui, ils sont ravis de voir qu'ils ont investi sur le bon cheval."

Concrètement, en deux ans, le budget de l'ARBH est passé d'un million d'euros à 2,5 millions. L'encadrement, l'infrastructure, la visibilité de ce sport dans les médias, des études de projets de création de nouveaux clubs, dont à Rixensart, sont les parties visibles de l'iceberg.

"Nous sommes en pleine effervescence. Les médias accordent de plus en plus d'attention au hockey. Il faut surfer sur cette vague. En 2006, nous n'imaginions pas que la télévision puisse retransmettre un match. Une qualification olympique s'analyse sur deux ans : durant la première année, les gens en parlent et la seconde, ils en analysent les retombées", conclut le président.

Pierre-Emmanuel Fobe, directeur marketing, abonde dans ce sens. "J'insiste sur la fidélité de nos partenaires qui ont pris un risque payant il y a quelques années. Notre budget sponsoring a quintuplé en trois ans", précise Pierre-Emmanuel Fobe. Ces derniers mois, nous avons cherché à être visible au sein des médias. L'argent des sponsors a permis à notre équipe de vivre une préparation sérieuse et idéale en vue de Pékin. La semaine prochaine, le groupe s'envole pour une semaine en Espagne. A nouveau, ce genre de stage a un coût. Sans sponsor, nous ne pourrions pas assumer ces frais. Pourtant, si nous voulons être compétitifs à Pékin, nous devons avoir une préparation professionnelle comme celle des Pays-Bas ou de l'Allemagne."

Les troupes d'Adam Commens auront une surprise en débarquant dans l'immense hall de Zaventem pour se rendre une semaine en stage à Terrassa, du 7 au 14 juillet.

En effet, hier, l'un des fidèles sponsors, BDO, a déployé deux "sky posters" de 4m x 3m, représentant Loïc Vandeweghe lors d'un match contre la Suisse du 1er mai 2007. L'affiche restera dans l'aéroport durant deux mois pour la coquette somme de 50 000€.

"BDO s'est associé au hockey il y a trois ans en Belgique", précise Michel Grignard, associé de l'entreprise. "Notre budget annuel pour ce sport se chiffre à 80 000€. L'opération des banderoles coûte 50 000€, mais deux millions de personnes passeront devant durant cet été. Les retombées ne sont pas quantifiables, mais nous touchons dans le hockey 17 000 familles qui sont dans nos créneaux."