L'impuissance de Justine Henin

La Rochefortoise a subi la loi de Venus Williams en deux sets 6-3, 6-3. Elle reconnaît la supériorité de l'Américaine et se réjouit de l'ensemble de son tournoi.

L'impuissance de Justine Henin
©BELGA
S.F.

Justine Henin-Hardenne (WTA 5) ne disputera pas la finale de l'Australian Open. Jeudi, lors de la première des deux demi-finales belgo-américaines, la petite Rochefortoise a été éclipsée par la puissance de la grande Venus Williams (WTA 2). Elle n'a rien pu opposer à la détermination de l'aînée de la famille qui s'est imposée 6-3, 6-3.

`Je reconnais que ce match me laisse un goût de trop peu, confia-t-elle. Je ne suis pas suffisamment parvenue à mettre en place les éléments que je souhaitais. Si j'avais pu mener 3-1 dans ce premier set, j'aurais peut-être pu la faire douter, mais je dois dire qu'elle m'a mis une pression terrible durant toute la rencontre en servant et en retournant très bien.´

Victorieuse au tournoi de Berlin, au printemps 2001, lors de leur toute première confrontation, Justine Henin-Hardenne n'avait plus réussi à prendre la mesure de Venus Williams depuis. Battue à quatre reprises la saison dernière, dont trois fois en finale, l'Ardennaise restait carrément sur six défaites consécutives. Elle espérait bien que la roue tournerait à l'occasion de cette quatrième demi-finale en Grand Chelem de sa carrière, mais ce ne fut pas le cas.

`Je sais ce qu'il me faut faire pour inverser la tendance. Il faut que je sois au moins aussi agressive qu'elle et que je parvienne à saisir mes opportunités lorsqu'elles se présentent, car avec ma taille je le paye plus facilement que d'autres. Avec son envergure énorme, j'ai rencontré beaucoup de difficultés à gagner des points facilement et vers la fin du deuxième set, mon épaule s'est mise à me faire souffrir. Oui, j'avoue que je me suis sentie impuissante à certains moments de la partie. D'autant qu'elle ne m'a rien donné. Mais bon, ce n'est qu'un match de tennis. Il y en aura d'autres. Les soeurs Williams sont très fortes, mais je ne compte pas capituler.´

Une patronne sur le court

La jeune mariée, après tout, a réalisé un remarquable parcours dans cet Australian Open, qui lui permettra, lundi, d'accéder à la quatrième place mondiale. Si on lui avait dit, au début de la quinzaine, qu'elle se hisserait en demi-finales en battant au passage pour la première fois de sa carrière Lindsay Davenport au terme d'un match héroïque, elle aurait signé des deux mains...

`Je crois que c'est bien et que cela doit me pousser à persévérer. J'ai nettement mieux entamé la saison que l'année dernière. J'ai été en demi-finales à Sydney et puis maintenant ici. J'ai pratiqué du très bon tennis. Ce qui me fait le plus plaisir, d'ailleurs, c'est la manière dont je suis parvenue à gérer ce tournoi. J'ai montré, dans les matches que je devais gagner, que j'étais vraiment la patronne sur le court.´

© Les Sports 2003


La déception de Carlos Rodriguez Carlos Rodriguez affichait une mine déçue à la sortie du court. Le coach de Justine Henin-Hardenne regrettait ainsi essentiellement la manière dont sa protégée avait subi la loi de Venus Williams. `J'avais mis une stratégie en place qui était de monter au filet le plus souvent possible et, de préférence, dans le coup droit. Je n'ai malheureusement pas vu cela. Cela ne m'aurait pas dérangé qu'elle prenne 6-1, 6-0, si au moins elle avait essayé de faire ce qu'il fallait. Elle aurait pu faire douter Venus si elle avait réussi à mener 3-1 dans le premier set, mais si elle ne met pas d'agressivité dans son jeu, il devient difficile de faire avancer la balle avec son 1,66 m. Il s'agit peut-être d'une question d'expérience, mais elle a manqué de culot. L'enjeu de la rencontre a fait qu'elle n'a pas réussi à s'exprimer comme elle le souhaitait. C'est ce palier-là qu'il lui faut encore franchir, mais avec elle tout cela va très lentement. Il n'empêche, ce tournoi a généré plein d'aspects positifs. Elle a très bien géré son parcours et elle a réussi à battre pour la première fois de sa carrière Lindsay Davenport. Je suis persuadé qu'elle passera le cap un jour...´ (S.F.)

Sur le même sujet