Grande première pour Darcis

Steve Darcis (ATP 135) s’est hissé mercredi sur la terre battue de Roland Garros pour la toute première fois de sa carrière au troisième tour d’une levée du Grand Chelem. Sur le court n°7, le Liégeois, issu des qualifications, a battu l’Allemand Philipp Petzschner (ATP 80) 7-5, 6-4, 6-4 en 1h56 de jeu. "Ce n’est que du bonheur !", s’exclama-t-il.

Serge Fayat, envoyé spécial à Paris
Grande première pour Darcis
©Photonews

Steve Darcis (ATP 135) s’est hissé mercredi sur la terre battue de Roland Garros pour la toute première fois de sa carrière au troisième tour d’une levée du Grand Chelem. Sur le court n°7, le Liégeois, issu des qualifications, a battu l’Allemand Philipp Petzschner (ATP 80) 7-5, 6-4, 6-4 en 1h56 de jeu. "Ce n’est que du bonheur !", s’exclama-t-il. "Je ne devais déjà pas jouer ici (NdlR : il était blessé à l’épaule et à la fesse). J’aurais dû être éliminé au premier tour des qualifs. Je gagne 9-7 au troisième set et l’autre a pu servir deux fois pour le match. Et voilà que dix jours plus tard, je vais peut-être me retrouver sur le Central contre Monfils. Je ne pourrais pas être plus heureux "

Steve Darcis n’aura en tout cas pas volé sa qualification. Le Sprimontois, qui n’a pas été à la fête ces derniers temps, s’est montré solide et conquérant, réussissant même les coups les plus improbables comme un passing en coup droit derrière le dos à un moment important dans le premier set. S’il ne veut pas parler de renaissance, il revit clairement dans la Ville Lumière. "Renaissance, je ne sais pas, mais je prends beaucoup de plaisir. Je me sens à nouveau bien physiquement et cela fait une énorme différence. Pouvoir enchaîner les matches comme ça, on se sent nettement mieux dans son corps et dans sa tête. J’ose dès lors de plus en plus. Je n’ai pas toujours eu de la chance au niveau de mon tirage et de mon physique et là j’en profite pleinement."

C’est même la première fois depuis sa victoire au tournoi ATP de Memphis, en février 2008, que Steve Darcis parvient à gagner cinq matches d’affilée sur le circuit. Comme récompense, outre un chèque bienvenu de 42000 €, il aura le privilège de défier le fantasque Gaël Monfils (ATP 9), l’actuel n°1 français, vendredi. Cela signifie qu’il pourra fouler soit le court Philippe Chatrier, soit le Suzanne Lenglen. "J’ ai déjà joué sur le Central en Australie contre Hewitt et à l’US Open contre Blake. Il ne me manque plus que Roland Garros et Wimbledon. Il ne s’agira pas d’un match facile et il y aura plus de Français que de Belges dans les tribunes, mais ce n’est pas un souci. Ce devrait être sympa. Enfin, si je ne prends pas 6-1, 6-1, 6-1...", sourit-il.