Déjà dans la tourmente, Tsitsipas refait le coup du "toilet break" et s'attire une volée de huées du public

Décidément, le Grec n'en rate pas une.

Déjà dans la tourmente, Tsitsipas refait le coup du "toilet break" et s'attire une volée de huées du public
©AFP
AFP

Stefanos Tsitsipas s'est qualifié pour le 3e tour de l'US Open, après une nouvelle longue pause vestiaire qui lui a valu des huées, mercredi.

Le Grec, 3e mondial, a fait respecter la logique sur le Arthur Ashe en s'imposant 6-3, 6-4, 6-7 (5/7), 6-0 contre le Français Adrian Mannarino (44e). Et, en cours de route, il a usé de son droit à aller se changer après la perte du troisième set.

Deux jours après les sept minutes prises pour faire le même aller-retour, lors de son premier tour contre l'Ecossais Andy Murray, qui l'a ensuite accusé d'avoir voulu casser son rythme, le Grec, également moqué et critiqué par l'Allemand Alexander Zverev, a cette fois eu besoin de plus de huit minutes. Et quand il est réapparu sur le court, il a été accueilli par des huées.

"En faisant une pause et en allant me changer, parce que j'étais complètement trempé, ça m'a permis de me rafraîchir et j'ai été plus à même de délivrer le bon tennis que j'avais produit dans les deux premiers sets", a expliqué après coup le Grec, qui affrontera l'Espagnol Carlos Alcaraz (55e), âgé de 18 ans.

Imperturbable, Tsitsipas, s'appuyant notamment sur un excellent service (27 aces, nouveau record personnel), a en effet pu finir en trombe son match, infligeant un "donut" (6-0) à Mannarino, qui s'était bien accroché jusque-là.

"Une pause toilette, c'est pour aller aux toilettes, faire ses besoins... si c'est pour casser le rythme c'est une conduite antisportive, même si ce n'est pas forcément le cas ce soir", a commenté le Français, espérant "que l'ATP va réagir pour changer les choses".

Sur le même sujet