Les images fortes de la désillusion de Djokovic: un craquage en plein match et une raquette brisée

En taille patron, Medvedev a écrasé Djokovic en finale de l'US Open ce dimanche.

Les images fortes de la désillusion de Djokovic: un craquage en plein match et une raquette brisée
©BELGA
Rédaction

En trois sets (6-4, 6-4, 6-4), le Russe a également empêché le Serbe de rentrer dans l'histoire. A New York, le Djoker aurait pu, en cas de victoire, réussir l'exploit de gagner quatre grands Chelems sur une année. Ce qui signifie que le numéro un mondial reste bloqué à 20 sacres. A égalité donc avec ces grands rivaux Roger Federer et Rafael Nadal.

Pour Djokovic, l'émotion était trop forte après sa défaite. Et même pendant. On l'a vu notamment fracasser sa raquette sur le sol durant le deuxième set.

A 5-4 en sa défaveur dans le troisième set, il a eu beaucoup de mal a contenir ses larmes. Bon joueur, il a tout de même félicité son adversaire. "S'il y en a un qui mérite d'être là maintenant c'est toi Daniil", a-t-il expliqué au Russe. Medvedev a également tenu à rendre hommage à celui qu'il considère comme le "GOAT" (Greatest Of All Time). "Je suis désolé pour vous les fans et pour toi Novak, on savait ce que tu pouvais accomplir. Quand on voit ce que tu as réussi durant ta carrière... je peux le dire maintenant, mais pour moi tu es le plus grand joueur de l'histoire".

Un hommage appuyé qui n'a pas atténué la déception du Serbe en fin de rencontre. "En même temps, j'ai ressenti de la tristesse, de la déception, mais aussi de la gratitude pour le public et pour ce moment particulier qui m'a été réservé. Bien sûr, une partie de moi est très triste. C'est difficile à avaler, cette défaite, quand on sait tout ce qui était en jeu. Mais d'un autre côté, j'ai ressenti quelque chose que je n'avais jamais ressenti de ma vie ici à New York. Le public m'a fait me sentir très spécial. C'est quelque chose dont je me souviendrai pour toujours. C'est la raison pour laquelle, au moment du dernier changement de côté j'ai juste pleuré. L'émotion était si forte. C'est aussi fort que de gagner 21 tournois du Grand Chelem. C'est ce que j'ai ressenti, en toute honnêteté. Ils ont touché mon cœur. C'est le genre de moments que nous chérissons. Oui, c'était juste merveilleux" a-t-il expliqué en conférence de presse.