Medvedev brise le rêve de Djokovic et remporte l'US Open en trois sets

Novak Djokovic n’égalera jamais le Chelem calendaire de Rod Laver. A 34 ans, le Serbe a chuté sur la pire des marches, la 28e et dernière. Le Serbe s’est incliné en finale face au Russe Daniil Medvedev 6-4, 6-4, 6-4.

2021 US Open - Day 14
© AFP

L’histoire avait mis la pression sur Nole en insistant sur ce 21e titre du Grand Chelem ce qui avait laissé dans l’ombre l’autre exploit, celui de la première de Daniil Medvedev.

Le Russe est entré dans l’arène bruyante avec une pression anormalement basse, mais des atouts très élevés. Il s’était reposé durant la quinzaine en surclassant tous ses rivaux. Il avait engrangé l’expérience de deux finales en Grand Chelem. Il n’avait rien d’une victime consentante.

Il l’a d’ailleurs très vite prouvé en sortant de gros jeux de service dans la première manche. Trois petits points perdus sur son service en un set qu’il a remporté 6-4 sans trembler. Malgré une entame de seconde manche délicate, il s’est accroché jusqu’à 2-2. Le Serbe sentait alors que la finale lui échappait. Il menaçait de frapper une balle restée dans le filet alors que le ramasseur était proche. Il se ravisait. Il fracassait ensuite sa raquette de rage. Et c’est tout son jeu qui se déréglait. Djoko ne parvenait pas déborder le Russe. Pire, il commettait de plus en plus vite la faute au point de laisser filer la deuxième manche 6-4 à nouveau. Il s’effondrait ensuite dans le 3e set qui ressemblait à une humiliation. Seule la crispation de Medvedev lui évitait un score trop sévère. Le Russe était un peu plus nerveux au moment de conclure. Il commettait notamment une double faute sur sa première balle de match. A 5-4, il servait à nouveau pour le gain du tournoi. Il assurait l’essentiel. Le match n’a duré que 2h17.

Djokovic a donc tout perdu cet été : les JO à cause de Zverev et l’US Open à cause de Medvedev. Il ne dépassera pas encore les 20 Majors de Roger Federer et Rafael Nadal. S’il s’est saboté en finale, il faut surtout souligner la solidité du protégé de Cervara. Medvedev a tout lâché avec une précision remarquable. Fort de ses deux finales perdues, il n’a rien cédé pour écrire enfin son nom dans la liste des vainqueurs de Grand Chelem. New York a assisté au passage de témoin entre l’un des membres du Big Four et un ex de la Next Gen. Chez les hommes aussi, cet US a été historique. Medvedev rejoint Marat Safin qui avait été le dernier Russe à remporter un Grand Chelem. C’était en 2005.


Daniil Medvedev