David Goffin : "L’expulsion de Djokovic ? Une décision choc"

Après sa blessure au genou, le Liégeois a repris les entraînements en vue de son entrée en lice à l’Australian Open, mardi, contre Dan Evans.

David Goffin : "L’expulsion de Djokovic ? Une décision choc"
©BELGA

Après son abandon en quarts de finale du tournoi de Sydney contre Andy Murray à cause d’une élongation à l’arrière du genou gauche, David Goffin a repris le chemin des entraînements, ce dimanche, et espère être au top de sa forme mardi pour son entrée en lice à l’Australian Open contre Dan Evans.

“Mon genou, finalement cela va. J’ai eu un peu peur à Sydney car des douleurs sont arrivées d’un coup, peut-être sur un mauvais mouvement. Je ne sais pas ce que j’ai fait lors de mon match contre Kudla. À chaud, j’ai pu terminer sans aucun problème. Le soir et le lendemain matin j’ai senti quelque chose donc on m’a prodigué des soins. Le lendemain j’avais un peu peur avec cette élongation derrière le genou. Ce dimanche j’ai rejoué au tennis une petite heure après un peu de physique et cela a bien été. J’ai encore ce lundi pour bien me préparer. Cela devrait être bon pour mon match de mardi. Jusque-là on va aller crescendo dans le travail, je ne vais pas faire n’importe quoi. J’espère que cela tiendra et que je puisse jouer à fond contre Dan Evans. Tout semble OK pour mardi.”

Comme tous les joueurs du circuit, le Liégeois a suivi la saga Novak Djokovic, sans s’y intéresser plus que cela.

“L’affaire Djokovic, c’était le feuilleton des dix derniers jours, on ne parlait que de cela et chaque jour amenait son rebondissement. Je ne connaissais pas vraiment tous les détails de l’affaire, je n’ai pas suivi en profondeur chaque élément de cette histoire. Je voyais chaque jour les gros titres passer. Une fois il pouvait rester en Australie, une autre fois il devait partir. Comme joueur, on attendait de voir si cela allait avoir une incidence sur le tableau avec des têtes de série qui changent. On a beaucoup parlé de cela et finalement la décision est tombée. De toute façon, on savait que ce serait une décision choc. Qu’il joue ou qu’il ne joue pas, c’est un gros titre. Finalement cela ne me surprend pas qu’il ne puisse pas jouer mais cela aurait été la même chose dans le cas contraire. Avec d’autres joueurs on pensait juste que la décision finale tomberait plus tôt. Que ce ne serait pas une telle saga. Le gouvernement australien a pris sa décision et il faudra faire avec. Je ne sais pas si cette décision est logique car je n’ai pas toutes les informations. Je ne connais pas le fond des dossiers.”

Sur le même sujet