Open d'Autralie: Nadal se fait très peur mais s'en sort en 5 sets face à Shapovalov, Keys et Barty se rejoignent en demi-finales

Les derniers résultats de Melbourne.

Open d'Autralie: Nadal se fait très peur mais s'en sort en 5 sets face à Shapovalov, Keys et Barty se rejoignent en demi-finales
©AP

Barty écrase Pegula et rejoint Keys en demi-finales

La N.1 mondiale Ashleigh Barty a largement dominé l'Américaine Jessica Pegula (21e) 6-2, 6-0 mardi, pour rejoindre en demi-finales de l'Open d'Australie une autre Américaine, Madison Keys.

L'Australienne de 25 ans avait atteint les demi-finales en 2020 et avait perdu en quarts en 2021. Lauréate de deux titres du Grand Chelem (Roland-Garros 2019 et Wimbledon 2021), elle court après son premier titre majeur en Australie.

Le Majorquin avait pourtant remporté les deux premières manches tranquillement...

Rafael Nadal, en quête d'un historique 21e sacre en Grand Chelem, s'est difficilement hissé dans le dernier carré de l'Open d'Australie, mardi à Melbourne. Sur la Rod Laver Arena, l'Espagnol, 5e mondial, et tête de série N.6, a eu besoin de cinq sets (6-3, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3) et 4h08 de jeu pour écarter le Canadien Denis Shapovalov, 14e mondial et tête de série N.14, en 8e de finale du premier tournoi du Grand Chelem de l'année. Le Majorquin, 35 ans, affrontera en demi-finales le vainqueur du duel entre l'Italien Matteo Berrettini (ATP 7/N.7) et le Français Gael Monfils (ATP 20/N.16), opposés en dernière rotation mardi soir sur la Rod Laver Arena.

Vainqueur à Melbourne en 2009, Rafael Nadal avait été éliminé en quarts de finale des deux dernières éditions de l'Open d'Australie, respectivement par Dominic Thiem et Stefanos Tsitsipas. Il pourrait profiter des absences de Roger Federer et Novak Djokovic pour décrocher un 21e sacre majeur et ainsi dépasser le Suisse et le Serbe. Nadal reste sur quatre finales perdues aux antipodes (2012, 2014, 2017, 2019).

Madison Keys retrouve les demi-finales en battant Barbora Krejcikova

"Je crois que je vais pleurer...", ont été les premiers mots de l'Américaine de 26 ans qui avait déjà atteint en 2015 le dernier carré du Majeur australien.

Cette année, elle affrontera jeudi pour une place en finale sa compatriote Jessica Pegula (21e) ou la N.1 mondiale Ashleigh Barty.

"L'an dernier a été si compliqué. J'ai tout fait à l'intersaison pour repartir de zéro sans penser à l'année dernière. Jusque-là, ça fonctionne!", s'est-elle félicité.

Si elle est actuellement hors du Top 50 (elle était même 87e le 10 janvier), Keys avait atteint le 7e rang mondial (en 2016) et joué une finale à l'US Open (2017). L'an dernier, elle n'a débuté sa saison qu'en mars et n'a plus gagné qu'un seul match, à Indian Wells en octobre, après son élimination en 8es à Wimbledon en juillet.

A Melbourne, elle était dans une spirale descendante depuis son quart en 2018: elle avait été éliminée en 8es en 2019, au troisième tour en 2020 et n'avait pas fait le voyage l'an dernier. Elle n'a plus joué de quart de finale en Grand Chelem depuis Roland-Garros 2019.

Contre Krejcikva, les conditions de jeu ont été rendues extrêmement éprouvantes par la chaleur: 30°C dans l'air mais beaucoup plus sur le court puisque le niveau d'alerte de l'organisation est monté à 3,8 quand, à 5, les matchs sont suspendus.

"Je m'entraîne l'été à Orlando (en Floride) qui est à mon avis l'endroit au monde où il fait le plus chaud l'été", a souligné Keys pour expliquer comment elle avait fait pour mieux résister à la chaleur que son adversaire.

Car la Tchèque, 26 ans et vainqueur du dernier Roland-Garros, a bien été assommée par la chaleur.

Menée 5-2 dans la première manche, elle a fait venir sur le court le médecin qui lui a pris la tension, donné un cachet. Elle a repris le jeu mais n'a pu empêcher l'Américaine de boucler la manche.

Le deuxième set a vite paru à sens unique: Keys s'est détachée 3-0 alors que Krejcikova souffrait sur son chemin de croix.

Les efforts sont devenus si éreintants que les joueuses ont pris tous les risques et mis le peu de forces qu'il leur restait dans chacune de leurs frappes en espérant écourter les échanges, y compris, en ce qui concerne Krejcikova, sur les secondes balles de service.

Mais plus le temps a avancé et plus les capacités de déplacement de la Tchèque ont diminué. Celles de Keys aussi, mais un peu moins.

Le match est devenu une succession de points gagnants et de fautes directes sans véritable échange ni plan tactique. Mais Krejcikova n'avait plus les ressources pour renverser la vapeur.

Sur le même sujet