Nadal a souffert pour son retour à Londres: "Un match difficile, je m’y attendais"

premier tour > messieurs Après trois ans d’absence à Londres, Rafael Nadal a souffert pour s’imposer en quatre sets contre Francisco Cerundolo.

Nadal a souffert pour son retour à Londres: "Un match difficile, je m’y attendais"
©AP

C’était l’une des interrogations de la journée. Dans quelle forme Rafael Nadal allait-il se présenter à Wimbledon pour son premier tour face à Francisco Cerundolo après trois années loin du All England et surtout une période où il a soigné un pied meurtri à la sortie de Roland-Garros ? La réponse est simple. L’Espagnol a souffert pour s’imposer en quatre sets (6-4, 6-3, 3-6, 6-4), a manqué de rythme et de justesse sur de nombreux échanges mais il reste un monstre de combativité et son expérience a fait la différence dans les moments chauds.

"C'était un match difficile, déclara la tête de série numéro deux du tournoi. Je m'y attendais après une si longue période loin du gazon. Les entraînements ne suffisent pas à faire disparaître un tel laps de temps loin d'une surface si spécifique. Et pour être honnête avec vous, je ne m'attendais pas à ce que mon adversaire évolue à un si haut niveau aussi longtemps. Pendant toute une période du match, il ne manquait rien, il servait bien et était solide en coup droit mais aussi en revers. Le point positif en ce qui me concerne, c'est que j'ai mieux joué sur la fin. J'ai élevé mon niveau lors des deux derniers jeux. Je tire donc un bilan positif de ce match en sachant que ma marge de progression est encore importante."

Avec, pour le vainqueur des éditions 2008 et 2010, des repères à retrouver par rapport aux conditions de jeu au All England.

"C’est difficile de comparer les conditions d’aujourd’hui avec celle d’il y a trois ans lors de ma dernière apparition à Wimbledon. Je ne me souviens pas. Pour comparer des choses, il faut s’en souvenir. Ce que je peux dire, c’est que quand il y a du vent et qu’il fait froid, la balle est très lourde. Quand le soleil est présent, avec des conditions un peu plus sèches, la balle va un peu plus vite et reste un peu moins dans le cordage. Aujourd’hui, il y avait pas mal de vent et cela n’a pas été facile à jouer."

Et comme n’importe quel joueur du dimanche, l’homme aux 22 sacres dans les tournois du Grand Chelem a dû s’acclimater à la position du soleil.

"Le soleil était fort présent sur le court. Pour un droitier, ce n’est probablement pas un problème. Mais pour un gaucher comme moi, le soleil, surtout quand je servais du côté droit de l’arbitre, était juste dans mon axe de lancer de balle. J’ai cherché le bon placement à plusieurs reprises et parfois je perdais complètement la balle de vue."

Avant de quitter la salle de presse, Rafael Nadal a bien évidemment répondu à une question par rapport à Matteo Berrettini qui a quitté le tournoi à cause du Covid-19 et avec qui l'Espagnol s'est entraîné jeudi dernier : "Tout peut arriver mais nous étions éloignés et à l'extérieur. Pour l'instant je me sens bien. C'est triste pour Matteo."