Nadal met fin à son Wimbledon: "Je ne veux prendre aucun risque avec ma santé"

Souffrant d’une déchirure à un muscle de l’abdomen, Rafael Nadal a déclaré forfait pour son match face à Nick Kyrgios.

Nadal met fin à son Wimbledon: "Je ne veux prendre aucun risque avec ma santé"
©AFP

Après l’Australian Open et Roland-Garros, Rafael Nadal ne remportera pas Wimbledon cette saison. Victime d’une blessure à l’abdomen lors de son quart de finale face à Taylor Fritz, l’Espagnol a annoncé ce jeudi soir son forfait pour la demi-finale de ce vendredi qualifiant d’office Nick Kyrgios pour sa première finale de Grand Chelem. Après sa qualification de mercredi face à l’Américain, l’ancien numéro un mondial annonça qu’il prendrait le temps d’analyser son état de santé avant de prendre une décision. Et c’est ce qu’il a fait.

Rafael Nadal a passé ce jeudi en matinée des examens médicaux - échographie et IRM - qui ont montré qu'il souffrait d'une déchirure de sept millimètres au niveau d'un muscle de l'abdomen. Ce verdict ne poussa pas encore le Majorquin à déclarer forfait. Après-midi, le double lauréat du All England (2008-2010) annula son entraînement sur le court n° 10 du All England ouvert au public pour s'entraîner plus discrètement pendant une quarantaine de minutes avec son coach, Marc Lopez, sur le court n° 10 du stade Aorangi Park situé non loin de son domicile britannique. Lors de cette petite séance, le Majorquin était accompagné de son médecin, Ángel Ruiz Cotorro, son autre entraîneur, Francis Roig, et son agent, Carlos Costa. C'est après ce léger entraînement et une nouvelle discussion avec son staff que Rafael Nadal a pris la décision fatidique. Une décision qu'il expliqua à la presse sous le coup de 20 heures : "Malheureusement, comme vous pouvez l'imaginer si je suis ici, je dois me retirer du tournoi. Comme tout le monde l'a vu mercredi, j'ai souffert de douleurs abdominales. Je souffre d'une déchirure. Je sais que ma communication est assez tardive, mais j'ai réfléchi toute la journée de la bonne décision à prendre. Tout au long de ma carrière, j'ai essayé de nombreuses fois de continuer de jouer dans des circonstances très difficiles. Ici, il était évident que si je continuais, la blessure serait pire. Cela me rend triste de prendre cette décision."

"Je ne peux pas gagner deux matchs comme cela."

Conscient de la gravité de sa blessure, Rafael Nadal a aussi compris qu’il lui serait impossible d’aller au bout du tournoi.

"J’ai pris ma décision parce que je crois que je ne peux pas gagner deux matchs, la demi-finale et la finale, dans ces circonstances. Le problème n’est pas que je ne peux pas servir à la bonne vitesse, je ne peux même pas réaliser le mouvement normal pour servir. Il m’était donc impossible d’imaginer gagner mes deux prochains matchs. Par respect pour moi, je ne pouvais pas monter sur le court dans ces circonstances. Jamais je n’aurais été assez compétitif pour atteindre le niveau nécessaire pour un tel challenge. En plus, il y avait une grande chance d’aggraver la blessure."

"Je ne veux pas rester trois mois sur la touche."

La blessure au pied qui handicape Rafael Nadal depuis des mois et qui l’a obligé à jouer Roland-Garros sous anesthésiants a aussi pris une part importante dans sa réflexion.

"Pour être honnête, il y a quelques semaines, j’ai vu la suite de ma carrière devenir très aléatoire à cause de cette blessure au pied. Maintenant que les choses vont mieux, je ne veux prendre aucun risque avec ma santé. Comme je l’ai toujours dit, pour moi la chose la plus importante est le bonheur plus que n’importe quel titre, même si tout le monde sait combien d’efforts j’ai réalisé pour être ici. Mais je ne peux pas prendre de risques pour cette demi-finale et rester ensuite deux ou trois mois sur la touche. Si cela se produit, je vais l’accepter, mais pas si cela arrive à cause d’une mauvaise décision de ma part. Je le répète, je suis très triste et cette décision a été difficile à prendre."

"Reprendre sans servir dans une semaine."

En prenant la décision de stopper les frais, le Majorquin espère pouvoir poursuivre sa saison normalement avec à son programme le Masters 1000 à Montréal (du 7 au 14 août), l’US Open (du 29 août au 11 septembre) et la Laver Cup (23 au 25 septembre).

"J’avais des problèmes d’abdominaux depuis une semaine, mais les choses étaient plus ou moins sous contrôle jusqu’au match face à Taylor où j’ai bien senti que la douleur augmentait. Je pense qu’en arrêtant maintenant je vais pouvoir suivre un régime de guérison classique. Cela va prendre entre trois et quatre semaines, chose normale pour ce genre de blessures. Normalement dans une semaine, je vais pouvoir jouer depuis la ligne de fond. Pour le service, il faudra attendre plus longtemps. Jouer et taper dans la balle depuis la ligne de base ne sera pas un gros problème. Cela devrait me permettre de suivre mon programme de tournois."

Avec cet abandon, Rafael Nadal fait aussi une croix sur le Grand Chelem calendaire. Mais c’est certainement le cadet de ses soucis actuellement.