L'Ukrainienne Kostyuk assume d'avoir refusé de serrer la main à la Bélarusse Azarenka: "Je n'en avais pas envie"

L'Ukrainienne Marta Kostyuk a refusé de serrer la main de Victoria Azarenka, jeudi, après sa défaite au 2e tour de l'US Open, et a assumé après-coup "ce choix", reprochant à son adversaire bélarusse son silence à propos de la guerre en Ukraine.

AFP
L'Ukrainienne Kostyuk assume d'avoir refusé de serrer la main à la Bélarusse Azarenka: "Je n'en avais pas envie"
©AP

"C'était ma décision. Je n'en avais pas envie", a expliqué en conférence de presse Kostyuk, qui a préféré initier un léger entrechoc de raquettes - geste instauré en période de Covid - à l'issue de la partie qu'elle a perdue 6-2, 6-3.

"Elle n'est jamais venue me voir pour me dire ce qu'elle pense (du conflit en cours, NDLR). Je n'ai rien contre elle personnellement. J'estime juste qu'elle a un rôle tellement important, en tant que membre du Conseil des joueuses de la WTA, et aussi en dehors du tennis, dans son pays. Je trouve qu'elle aurait pu en faire plus", a développé l'Ukrainienne âgée de 20 ans.

"Je pense simplement que ce n'est pas la bonne façon de se comporter, compte tenu des circonstances dans lesquelles je me trouve en ce moment", a insisté Kostyuk, affirmant par ailleurs avoir tenté de contacter Azarenka par SMS mercredi, veille de match, pour "la prévenir" de son refus de lui serrer la main.

La Bélarusse, qui affrontera au prochain tour la Croate Petra Martic (54e), s'est défendue de ne pas avoir voulu parler à l'Ukrainienne.

"J'ai proposé de le faire à plusieurs reprises par le biais de la WTA. On m'a dit que ce n'était pas le bon moment. Je n'ai pas de relation étroite avec Marta, je n'en ai jamais eue. Je sais évidemment qui elle est, mais je ne me suis jamais entraînée, ni eu de conversation avec elle", a-t-elle dit.

- Contexte très tendu -

Quant à sa supposée inaction, Azarenka affirme avoir émis "un message très clair depuis le début".

"Je suis ici pour essayer d'aider. Les gens ne le voient peut-être pas. Et ce n'est pas pour ça que je le fais. Je le fais pour ceux qui sont dans le besoin, de vêtements, d'argent ou d'autre chose", a affirmé l'ancienne N.1 mondiale.

Leur rencontre à l'US Open s'inscrivait dans un contexte très tendu entre joueuses et joueurs ukrainiens d'un côté, russes et bélarusses de l'autre, depuis six mois que dure le conflit. Le Bélarus, proche allié de la Russie, a permis à Moscou d'utiliser son territoire pour lancer des attaques en Ukraine.

Raison pour laquelle de nombreux joueurs ukrainiens, dont Kostyuk, souhaitent que Russes et Bélarusses soient interdits de compétition. Cette décision, seuls les organisateurs du tournoi de Wimbledon l'ont prise, cet été, contrairement aux autres Majeurs et tournois des circuits ATP et WTA qui autorisent Daniil Medvedev, Aryna Sabalenka et consort à jouer, mais sans mention de leur pays et sans drapeau.

Le week-end dernier, Azarenka a été écartée d'un tournoi exhibition organisé avant l'US Open dans le but de collecter des fonds pour l'Ukraine.

Kostyuk notamment s'était insurgée contre sa présence à cet événement caritatif, entraînant le rétropédalage des organisateurs. "Imaginez que pendant la Seconde Guerre mondiale, il y ait une collecte de fonds pour les juifs et que des Allemands veuillent jouer. Je ne pense pas que les juifs comprendraient", a asséné Kostyuk jeudi.

Azarenka a au contraire estimé que participer à cette exhibition aurait démontré de sa part "un réel engagement".