Le journal espagnol Marca a mis le doigt sur une nouvelle mode qui inquiète les amateurs de tennis et les observateurs.

Tournoi International Féminin ITF de Valdebernardo, Madrid. Une joueuse s'aprête à entamer son jeu de service lorsqu'un spectateur s'écrie devant l'assistance complète "Je te donne 5.000 euros si tu perds ton jeu de service". L'homme en question tient son téléphone à la main et parie en direct sur un site de paris en ligne. Loin d'être choqué ou étonné, le public ne réagit même pas et pour cause, cela fait quelques temps que ce type de proposition s'entend sur les courts de tennis de l'ITF. Une technique envahissante et profondément gênante pour les joueurs et leur entourage qui peinent parfois à se concentrer à cause des propositions indécentes vociférées par ces parieurs prêts à tout pour empocher le pactole. Et pour cause, dans ces tournois de seconde zone, très peu médiatisés et disputés par des joueurs qui n'ont pas le top niveau mondial et qui peuvent donc avoir des difficultés à rembourser ne seraient-ce que leurs frais sur place, 5.000 euros est une somme plutôt rondelette qui peut évidemment influencer le joueur ou la joueuse.

La question qu'il est nécessaire de se poser est la suivante: pourquoi ces personnes assistent à un match dans les gradins alors qu'elles parient en ligne ? Simplement parce que la Fédération Internationale de Tennis impose aux juges des rencontres de transmettre l'évolution des scores en direct aux sites de Livescore. Mais entre le véritable direct et les sites de paris en ligne, il existe une différence de l'ordre de 20 à 30 secondes pour que le point inscrit soit relayé. Un laps de temps crucial et intéressant pour les parieurs qui peuvent profiter de cette astuce légale pour s'en mettre plein les poches.

Au départ, ils n'étaient qu'une poignée à être au courant de ce stratagème mais, désormais, le phénomène se propage et prend de l'ampleur. Certains parlent même de l'existence d'organisations spécialisées dans cette nouvelle forme de paris en direct. Le quotidien espagnol va plus loin en expliquant que des jeunes entre 20 et 30 ans sont payés pour tenter d'influencer les joueurs à même le court par ce type de proposition ("5.000 euros si tu perds ton jeu de service", ndlr). Ils seraient contrôlés à distance par leurs employeurs afin de faire fructifier leurs intérêts.