Agassi et Sampras disputeront à l’occasion leur 32e face à face. Le second a l’avantage au total des victoires (17) mais le premier a remporté les quatre dernières confrontations dont deux cette saison sur la surface dure californienne de Los Angeles et Indian Wells.

«Quoi qu’il arrive, c’est le tennis qui en sortira vainqueur », estimait Agassi, prédisant un «beau feu d’artifice » dans le ciel de Flushing Meadows.

Agassi a fait une véritable démonstration en dominant Federer, un joueur annoncé pourtant dangereux mais laché par son service. Verdict: pas un seul service laché, une seule double-faute et trois sets bouclé en 83 minutes par le «Kid de Las Vegas ».

«Je me suis senti en super forme dès le départ, comme si j’étais passé de la troisième à la cinquième vitesse », se réjouissait Agassi. «C’était un de ces jours... Pas un seul compartiment de mon jeu ne m’a fait défaut ».

«Andre joue incroyablement bien. Il va falloir que je sois à mon meilleur niveau pour le battre », commentait Sampras, crédité lui-même d’une mention très bien pour sa prestation contre Rafter, autre ancien lauréat du tournoi (1997 et 98).

Sampras a dominé les deux premiers sets, butant toutefois sur la troisième marche qu’il concédait 7 point à 5 au-tie-break. Les deux champions ont assuré ensuite leurs mises en jeu, jusqu’à la double faute de l’Australien donnant deux balles de match à l’Américain.

Zabaleta invité-surprise

La seconde était la bonne, celle qui fit vibrer tout le Central jusqu’au smash libérateur de Sampras. De quoi faire taire ses détracteurs, ceux qui estime que sa soif de vraincre est érodée depuis son 13e titre du Grand Chelem, l’an dernier à Wimbledon.

La retraite, elle pourrait avoir sonné pour Rafter, déçu de sa prestation du jour, qui n’a jamais caché son intention de faire une coupure en fin de saison pour tester ensuite sa passion pour le tennis.

L’Argentin Mariano Zabaleta, 23 ans est l’invité-surprise des quarts, lui qui n’avait pas le rang (103e) pour entrer dans le tableau et dut son salut aux forfaits du Suédois Magnus Larsson et du Néerlandais Richard Krajicek.

Vainqueur du Belge Xavier Malisse en trois sets secs, il est devenu le premier quart de finaliste argentin à l’US Open depuis un certain Guillermo Vilas. Sans pression aucune, Zabaleta pouvait attendre le Russe Marat Marat Safin, tenant du titre, qui s’est débarassé en soirée du Suédois Thomas Johansson (N.14), 6-2, 2-6, 6-4, 7-6 (7/3).

Jennifer Capriati et Venus Williams, les lauréates des trois premières levées du Grand Chelem, ont franchi avec aisance leur cap respectif: 6-3, 6-3 pour la gagnante de l’Open d’Australie et de Roland-Garros face à l’Autrichienne Barbara Schett, et 6-4, 6-0 pour la championne de Wimbledon sur la Française Sandrine Testud.

Et c’est une Française qui se présentait sur la route de Capriati: Amélie Mauresmo, la championne du printemps avec ses 4 victoires, qui a remporté le duel tricolore face à Nathalie Tauziat.