Vainqueur de deux tournois du Grand Chelem et champion olympique en titre, Andy Murray n'avait jamais remporté la Coupe Davis. C'est désormais chose faite depuis dimanche à Gand, où la Grande-Bretagne a remporté son 10e Saladier d'argent, 79 ans après son dernier sacre, après la victoire du numéro 2 mondial sur David Goffin dans le 4e match.

"C'est un sentiment incroyable", réagit Andy Murray. "Je pense qu'il va falloir quelques jours avant de réaliser. Je n'avais jamais autant montré mes émotions après avoir gagné un match. J'ai déjà été fâché après une défaite, mais je n'avais jamais été autant touché après une victoire".

L'Ecossais a commencé à croire aux chances de victoire finale de la Grande-Bretagne après le succès contre la France cet été en quarts de finale. "Le match contre la France a été très difficile. Ils ont quatre joueurs dans le top 20, ils ont joué la finale l'année passée. J'avais eu un match difficile contre Gilles Simon. Une fois que nous avons éliminé la France, j'ai commencé à croire que nous pourrions remporter la Coupe Davis".

Andy Murray est le dernier joueur du "Big Four" (Djokovic, Federer, Nadal et Murray) à soulever le Saladier d'argent. "Je n'y ai pas pensé", dit le numéro 2 mondial. "C'est super pour toute l'équipe. C'est quelque chose dont nous nous souviendrons toute notre vie. Cela restera un des grands moments de nos carrières".

En général, les meilleurs joueurs délaissent la Coupe Davis après l'avoir remportée. "Ce n'est pas tellement le format de la compétition qui pose problème. Je pense que le format est bon, et qu'il contribue à l'ambiance exceptionnelle de la Coupe Davis. On la perdrait un peu si on changeait le format. Le problème, c'est plutôt le timing", explique Murray. "La Coupe Davis tombe souvent juste après les tournois du Grand Chelem, qui sont très exigeants physiquement et mentalement. Je pense que c'est là que le bât blesse", conclut Andy Murray.