Le joueur de tennis chypriote-grec Marcos Baghdatis, pris récemment dans une polémique pour avoir scandé des slogans anti-turcs, a été nommé lundi ambassadeur de son pays pour l'année européenne du dialogue interculturel, a annoncé le gouvernement chypriote.

Le joueur, né à Limassol (sud) et formé en France, a été choisi car il symbolise le multiculturalisme sans oublier ses racines, son pays et ses traditions, a expliqué le ministre chypriote de l'Education et de la Culture, Akis Cleanthous, lors d'une conférence de presse.

Baghdatis, 22 ans, est depuis la semaine dernière au centre d'une polémique pour avoir été filmé scandant des slogans anti-turcs avec un groupe de supporteurs grecs impliqués dans des incidents avec la police à l'Open d'Australie de tennis. La vidéo, qui circule sur internet, date de 2007. Elle montre le finaliste de l'Open d'Australie 2006, brandissant une torche en scandant notamment "Les Turcs hors de Chypre" lors d'une fête organisée par le Hellas Fan Club, une organisation de supporteurs grecs.

Des membres de ce fan club se sont illustrés en hurlant des insultes en grec et en anglais dans les tribunes de l'Open d'Australie lors d'un match. La police avait fait usage d'aérosols lacrymogènes pour disperser les fauteurs de trouble.

"Dans cette vidéo de 2007, je défendais les intérêts de mon pays, Chypre, et je protestais contre une situation qui n'est pas reconnue par les Nations Unies", a commenté le joueur en faisant allusion à l'occupation de la partie nord de l'île de la Méditerranée orientale par la Turquie.

Chypre est divisée en deux parties, turque au nord et grecque au sud, depuis l'invasion du tiers de l'île par la Turquie en 1974, en réponse à une tentative de coup d'Etat fomentée à Nicosie par le régime des colonels grecs alors au pouvoir à Athènes et qui visait au rattachement de Chypre avec la Grèce.

Les efforts de la communauté internationale pour réunifier l'île n'ont pas encore abouti. 2008 a été proclamée "Année européenne du dialogue interculturel". Cette initiative vise à développer le dialogue interculturel au sein de l'Union et à inclure la problématique des différences culturelles dans une réflexion sur la citoyenneté européenne.