Venus Williams (WTA 8) a quitté Anvers sans être parvenue à ramener chez elle la prestigieuse raquette en diamants qui la fascine. La lauréate des éditions 2002 et 2003 devra revenir l'an prochain pour tenter de saisir sa dernière chance. Amélie Mauresmo (WTA 2), qui a brisé son rêve, a maintenant la possibilité de récupérer, au Qatar, la première place mondiale de Lindsay Davenport. Mais la question qui hante le monde du tennis belge se rapporte plutôt à Kim Clijsters (WTA 134) et au temps qu'il lui faudra pour revenir au plus haut niveau et pour retrouver sa place parmi les meilleures. «L'important, pour l'instant, ne se situe pas là. C'est ma santé qui prime. Et je suis très contente de ne pas avoir ressenti de douleur au poignet», confia-t-elle à l'issue de sa défaite contre Venus Williams, vendredi, en quart de finale. C'est, effectivement, le principal, dans la mesure où le fait d'être en excellente forme physique devrait lui permettre de pouvoir, enfin, suivre un programme plus au moins complet de tournois. Elle en aura bien besoin, à la fois pour retrouver le rythme ainsi qu'un classement WTA plus en rapport avec son potentiel, même si au vu de ce qu'elle a montré sur la moquette de ce bon vieux Sportpaleis, après une nouvelle indisponibilité de quatre mois, rares sont ceux qui doutent qu'elle ne puisse à nouveau tutoyer les sommets. «Il faut encore patienter pour se faire une idée réelle du niveau de jeu qu'elle sera en mesure d'atteindre dans un avenir proche mais il n'est pas sot d'imaginer que Kim puisse devenir encore meilleure, confia Sabine Appelmans. Le plus bel exemple est sans doute Thomas Muster. Son terrible accident l'a rendu plus fort. Pour le reste, tout le monde connaît ses qualités...»

Patience et persévérance

Il apparaît bien délicat de fixer une date sur le retour au top de Kim Clijsters. L'ironie veut ainsi que malgré un retour à la compétition que toutes ses rivales, Amélie Mauresmo et Venus Williams en tête, ont qualifié de réussi, la Limbourgeoise ait connu une nouvelle dégringolade au classement. Tenante du titre dans la Métropole, son élimination en quart de finale a eu pour conséquence de la faire chuter jusqu'au 134e rang mondial. S'il est clair qu'elle n'a rien à faire là, il lui faudra malgré tout s'armer de patience et de persévérance pour réussir à revenir. Ne possédant plus que 262 unités à son actif, elle devra ainsi notamment demander des wild cards pour les tournois sur terre battue de Berlin et de Rome, début mai, afin d'éviter de devoir passer par l'épreuve toujours désagréable des qualifications. Sans compter que ne jouissant plus du statut de tête de série, elle pourrait très bien tomber sur les Mauresmo, Serena Williams (WTA 3) ou autre Sharapova (WTA 4) dès les premiers tours dans les levées du Grand Chelem. Bref, ce n'est pas du jour au lendemain qu'elle reviendra dans le Top10. «Il faudra sans doute se donner un an pour faire une réelle évaluation », expliqua, pour sa part, Steven Martens, le capitaine de Coupe Davis. «Kim aura alors disputé quatre levées du Grand Chelem et beaucoup d'autres tournois. Tant qu'elle n'aura pas eu la possibilité de saisir toutes les opportunités, il est délicat de se prononcer. Kim, en tout cas, a donné l'impression de ne rien avoir perdu de sa superbe. C'est un grand avantage. Je vais me jeter à l'eau en disant que je la vois dans le Top 5 en février 2006 avec les soeurs Williams, Justine Henin et Maria Sharapova.»

© Les Sports 2005