Au terme d'un match spectaculaire qui l'a vu sauver 4 balles de match, Kim Clijsters s'est qualifiée dimanche à Melbourne pour les quarts de finale de l'Open d'Australie.

Dans la réédition de la finale de l'an dernier, la N.1 belge, 14e mondiale et 11e tête de série de ce premier tournoi du Grand Chelem, a éliminé en 8e de finale, la Chinoise Na Li, 6e joueuse mondiale et 5e tête de série. Clijsters s'est imposée en 3 sets: 4-6, 7-6 (8-6), 6-4 en 2h23 minutes.

La Limbourgeoise se tordait d'abord la cheville à 3-3 dans le premier set devant se faire bander la cheville. Na Li, lauréate à Roland Garros, empochait la première manche en 43 mn: 6-4. Il aura fallu un gros retournement de situation dans la 2e pour voir la Limbourgeoise rester dans la partie. A 6 points à 2 dans le jeu décisif, la Chinoise a en effet bénéficié de 4 balles de match. Kim Clijsters alignait alors 6 points d'affilée pour remporter un 2e set long de 61mn et égaliser à un partout.

Clijsters filait ensuite à 4 à 0 dans la 3e manche, puis à 5-1 avant un retour spectaculaire cette fois de Na Li qui se rapprochait à 5-4. Clijsters servait ensuite pour le match pour se qualifier (6-4 dans le 3e set) sur sa 2e balle de match.

En quarts de finale, Clijsters rencontrera soit la Danoise Caroline Wozniacki, la N.1 mondiale, soit la Serbe Jelena Jankovic, 13e mondiale.

Clijsters: "je ne peux pas croire que j'ai gagné"

"Je ne peux pas croire que j'ai gagné", lâchait la Limbourgeoise, tenante du titre, juste après la rencontre.

"Je savais que ce serait un match difficile, tant mentalement que physiquement. Mais je ne m'imaginais pas que cela le serait autant !", a expliqué Kim Clijsters sur le Rod Laver Arena. "C'est incroyable. J'ai essayé de me concentrer sur mon jeu, de me battre sur chaque balle. J'ai juste pensé à ça, parce que dans ce genre de rencontre, on ne sait jamais comment cela va tourner. Après ma blessure à la cheville, j'ai pensé que je ne voulais certainement pas abandonner pour ce qui est mon dernier Open d'Australie. Je voulais me battre et continuer parce qu'une fois encore on ne sait jamais comment ça va évoluer, ni comment cela se passe de l'autre côté du court. Quand j'ai sauvé ma 4e balle de match sur une amortie ? Je n'ai pas pensé à quelque chose de spécial. J'ai joué mon coup, j'ai choisi le bon côté, c'est tout."