Kristof Vliegen est probablement l’un des joueurs belges qui a été le moins pénalisé par le tirage au sort, mais il ne pense pas qu’il réussira à gagner un match à Melbourne Park. "Je n’ai même pas regardé contre qui je jouais au deuxième tour", nous a confié le Maaseikois, qui a dû aller faire les soldes à la hâte à Chapel Street car ses bagages étaient restés à Singapour. "Cela fait un peu plus de quinze jours que j’ai repris ma raquette et la semaine passée, j’ai encore perdu 6-0, 6-1 contre Yannick Mertens (NdlR : ATP 265) à l’entraînement. Alors, vous imaginez "

Le longiligne Limbourgeois, qui affrontera le robuste gaucher allemand Michael Berrer, est en réalité déjà tout content d’avoir pu effectuer le voyage aux antipodes après être resté sur la touche pendant six mois en raison d’une vilaine bactérie qui lui a causé des rhumatismes. Pour lui, c’est déjà une victoire "Cela m’a fait tout drôle car j’ai vraiment souffert", poursuivit Fly, qui bénéficie d’un classement protégé de 68e mondial. "Bref, que je joue contre le 70e mondial ou contre un BO, c’est du pareil au même. Je me donne 1 % de chances de gagner." S.F.