Il a fait ce qu’il devait. Comme l’équipe l’espérait. Steve Darcis (ATP 165) a une nouvelle fois montré tout son attachement à la Coupe Davis en offrant jeudi le premier point à la Belgique dans l’importante rencontre de barrage pour le maintien dans le Groupe mondial qui l’oppose à Israël. Sur la terre battue de la Lotto Arena d’Anvers, le Liégeois a fait mordre la poussière à Dudi Sela (ATP 85), le chef de file adverse, 6-1, 6-2, 6-2 en 1h51 à peine.

"Je pense que j’ai fait un super match", confia-t-il. "Je manquais un peu de repères contre des joueurs du top, mais j’étais très motivé. La terre battue n’est pas sa surface de prédilection, mais je savais que je devrais être agressif et solide du début à la fin, sans quoi il me collerait au cul (sic)", sourit-il. "J’étais un peu nerveux, mais le gain du premier set m’a libéré. Et j’ai très bien joué aux moments importants. Cela fait du bien de revenir en Coupe Davis et d’apporter une victoire…"

Croyez-le ou pas , mais il s’agit déjà de la onzième victoire consécutive en simple de Steve Darcis en Coupe Davis. Ce sont des statistiques dignes d’un certain Rafael Nadal, contre qui il a d’ailleurs réalisé l’exploit de l’année en le battant au premier tour à Wimbledon ! Preuve s’il en est que le Liégeois est taillé pour ce genre de compétition qui exige beaucoup de cran vu que le résultat touche un pays tout entier.

"Parmi tous ces matches, il y en a tout de même quelques-uns qui ne comptaient pas. On a aussi joué contre la Grande-Bretagne sans Murray et la Suède sans Söderling. Et puis, mes performances personnelles sont secondaires. Ce qui compte, c’est l’équipe. Il s’agissait d’un match hyper important. Il fallait que je gagne, mais je pense avoir bien géré la pression. J’adore la Coupe Davis. Je suis ravi d’avoir amené le premier point, mais un cela ne suffit pas. Il en faut trois…"

Il est clair qu’il en faudra trois pour gagner cette rencontre et figurer une nouvelle fois l’an prochain parmi le gratin de la prestigieuse épreuve au Saladier d’argent. Mais entre-temps, Steve Darcis ne pouvait pas faire plus pour l’instant. Le tennis conquérant et juste qu’il a pratiqué dans ce premier simple offre d’ailleurs de belles perspectives pour la suite des débats avec notamment le double ce vendredi contre les expérimentés Jonathan Erlich et Andy Ram.

"C’est vrai qu’on a pensé au scénario catastrophe suite à la blessure au poignet de David", ajouta-t-il. "Nous avons pris un coup sur la tête, mais on a déjà bien entamé la rencontre. On est tous des potes. Nous sommes très soudés. Nous avons perdu notre joueur n°1, mais nous sommes tous capables d’aller chercher des victoires. On a tous envie de rester dans le Groupe mondial. David est là et nous jouons tous un peu pour lui…", conclut-il.