Tennis

Darcis fait d'une pierre... trois coups

Thibaut Vinel

Publié le - Mis à jour le

Steve Darcis a tout raflé lors de son périple à Memphis. Lauréat sur les terres d'Elvis Presley, il a étoffé sa vitrine d'un deuxième trophée sur le circuit ATP, il a pris 35 places au classement pour figurer dans le "Top 50" et il est devenu le meilleur joueur belge.

"Etre premier Belge à l'ATP ne m'intéresse pas du tout, souligne le héros du Tennessee. Je suis plus sensible en revanche à cette 46e place car elle reflète le fruit de mon travail. A Memphis, j'étais serein. J'ai bien servi. Je suis monté en puissance au fil des matches. Face à Spadea, j'assure l'essentiel. Contre Becker, ma réussite était maximale. Le match contre Bjorkman était de haut vol tandis que ma finale était sensationnelle. J'avoue que je ne réalise pas la portée de l'exploit. Je savoure."

Le Liégeois n'en est pas à son coup d'essai sur le circuit. En juillet dernier, il avait déjà soulevé le trophée d'un 332 200$ à Amersfoort. Dimanche, il a soulevé le saladier d'un 732 000$ en confirmant, pour les derniers sceptiques, son potentiel. "J'ai prouvé qu'Amersfoort n'avait rien d'un "one shot". J'étais plus touché lors de mon premier titre car tous mes proches étaient autour de moi. Beaucoup de journalistes avaient fait le trajet. A Memphis, je ne mesure pas l'ampleur des réactions même si je reçois beaucoup de messages. Sur un plan sportif, j'ai ressenti les mêmes sensations qu'aux Pays-Bas."

Dans l'histoire du tennis belge, Xavier Malisse avec ses trois titres mène la danse devant Olivier Rochus (2), Filip Dewulf (2) et Steve Darcis (2) tandis que Bernard Mignot (1) ferme la marche de ce club très privé.

Quant à savoir l'impact de cette semaine sur sa carrière, Steve Darcis est catégorique. "Maintenant, je jouerai sans pression car j'ai engrangé beaucoup de points. Je vise encore quelques "perfs". En début de saison, j'étais très attendu. La pression était trop lourde. Certaines défaites m'ont fait mal."

L'heure n'est plus au doute. Quelques mois après être sorti de l'ombre, Steve Darcis a su s'entourer des bonnes personnes ou structures afin de lancer sa carrière. Ainsi, ses pépins physiques, qui l'ont retardé trop souvent dans ses projets, appartiennent au passé. Aujourd'hui, "Shark" , aidé par le Centre sports-étude de Mons, a trouvé l'équilibre qui lui permet d'enchaîner cinq matches de qualité sans craquer sur le plan physique. Bien dans sa tête et dans son corps, il est aussi épanoui dans sa vie privée grâce à Pamela, mais aussi... Céline, sa petite soeur.

"Je reviens en Belgique mardi pour une dizaine de jours d'entraînements. Je n'irai pas aux "qualifs" d'Indian Wells, mais bien à Miami. Je veux être présent lors de l'accouchement de ma petite soeur de 20 ans, Céline. En plus, je serai le parrain. Elle accouchera dans la quinzaine." Ensuite, il débutera sa saison sur terre battue avec les tournois de Rome, de Monte-Carlo et de Roland-Garros. "Et de deux, ce n'est pas fini", conclut avec humour son coach Réginald Willems.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous