C'est le printemps. La saison, il l’espère, d’un nouveau départ. Steve Darcis (ATP 99) jouera gros en avril. S’il figurera dans le tableau final de Roland Garros, il devra, en revanche, assurer son avenir à Wimbledon et à l’US Open en brillant sur terre battue. Entretien.

Steve Darcis, comment vous sentez-vous après une nouvelle défaite au premier tour à Miami ?

Je n’ai pas perdu le moral. J’ai souffert d’une gastro-entérite qui m’a cloué au lit pendant deux jours. En plus, c’est la première fois que Pamela, ma compagne, faisait le voyage à Miami. Bref, super

Pourquoi le tennis belge ne fait-il plus de résultats ?

C’est difficile à dire. Au niveau masculin, il faut être à 100 pc pour briller, car le niveau est très élevé. Moi, je n’ai pu jouer que trois tournois à fond. "Oli" (NdlR : Rochus) se remet de son opération à l’épaule. "Chris" (NdlR : l’autre Rochus) a joué quelques bons matches et "Fly" (NdlR : Kristof Vliegen) a tout de même gagné un Challenger. Nos résultats ne sont pas incroyables, je l’admets, mais il y a pire. Regardez les Diables Rouges.

Certes, mais comment expliquer que des joueurs comme Montanes, Kunitsyn, Serra ou Granollers sont dans le "Top 50" alors qu'on n'y retrouve pas le moindre tennisman belge ?

Je ne sais pas. Il faut un peu de chance parfois. Ils sont dans une bonne dynamique et nous pas. Mais cela peut changer. Je reste sur trois bonnes semaines au niveau des sensations et je suis sûr que les hauts vont arriver cet été.

Vous n'avez pas besoin d'un psychologue ?

Non, pas encore. Merci. La saison sur terre battue arrive et c’est la surface sur laquelle j’ai gagné le plus de matches. J’espère le démontrer la semaine prochaine au tournoi de Casablanca.

A propos, que pensez-vous du retour de Kim Clijsters ?

Je trouve qu’il s’agit d’une bonne nouvelle. Cela faisait un bout de temps qu’on en parlait. C’est bien. Kim va ramener plein de victoires au tennis belge.

Vous la connaissez bien ?

Je l’ai côtoyée dans les catégories de jeunes. Je me souviens d’un voyage ensemble en France quand j’avais 12 ans. Nous nous sommes perdus de vue ensuite et quand je suis arrivé sur le circuit, elle venait d’arrêter. C’est une fille sympa. Quand on se croise, on trouve toujours de quoi se raconter.

Sera-t-elle un remède à la morosité actuelle ?

Je ne sais pas si elle aura une influence sur nous. Il est difficile de comparer le tennis masculin et le tennis féminin.

Mais si c’est le cas, j’espère qu’elle sera positive.