Notre compatriote a repris les entraînements cette semaine... en Italie.

Invité par un sponsor à commenter sur Instagram sa situation actuelle, David Goffin a évoqué sa reprise du tennis cette semaine. Une reprise qui s’est faite en Italie pour le résident monégasque. “J’ai repris tout doucement l’entraînement lundi, cela fait du bien de taper dans la balle après sept semaines sans raquette. Cela ne m’était jamais arrivé depuis que je joue au tennis. J’étais excité mais je ne savais plus comment préparer mon sac. D’habitude je fais cela les yeux fermés, là j’avais l’impression d’oublier quelque chose. Je me suis entraîné à l’Académie Riccardo Piatti en Italie sur une surface en dur. En Italie, on peut jouer depuis le quatre mai, à Monaco, pas encore. Sur deux terrains, nous étions quatre. Il y avait aussi Jannik Sinner.”


Une reprise tout en douceur pour ne pas se blesser : “Les yeux n’étaient pas en face des trous sur les premières balles. Et puis cela revient assez vite. Ici on tape, on s’amuse. Le plus dur, cela va être de retrouver la précision. Cela ressemble à une reprise après une trêve ou des vacances. Ce n’est pas comme après une blessure, ici il n’y a aucune appréhension. Il faut juste se réhabituer. Il faut quand même faire attention de ne pas se blesser. Le poignet et l’épaule doivent reprendre le rythme. On a tout fait calmement. Je me suis entraîné une fois par jour cette semaine avec du physique l’après-midi. On ne va pas taper huit heures par jour, il ne faut pas être dégoûté après deux semaines. Il faut conserver de la fraîcheur mentale.”


Dans les semaines qui viennent, le Liégeois pourrait rester chez lui à Monaco pour s’entraîner : “On est en contact avec les joueurs qui séjournent dans la région et quand on va pouvoir bouger plus, on va jouer ensemble. Il y a pas mal de joueurs dans la région.”

Dans la discussion, le Liégeois est revenu sur sa blessure à l’oeil survenue à Rotterdam en février 2018 et sa notoriété en Belgique : “J’étais certain d’avoir l’oeil ouvert. Un rideau noir est tombé devant mon œil quand la balle me touche. Le docteur m’a dit qu’il y avait une tache de sang dans l’iris. Au début j’ai flippé. Je ne savais pas s’il fallait envisager une opération. Pour la rééducation, cela a été de nombreux exercices. En Belgique, on me reconnaît mais cela ne me dérange pas. Quand cela reste gentil, cela ne me dérange pas. Même si parfois, certains sont taquins. On m’a découvert après Roland-Garros 2012. J’ai senti un gros changement à ce moment-là puis cela a évolué au fur et à mesure de ma carrière. Parfois cela me gêne un peu car je ne fais rien de spécial, je vis juste de ma passion” Notre compatriote a aussi évoqué l’Ultimate Tennis Showdown, le tournoi créé par Patrick Mouratoglou qui débutera le 13 juin : “C’est un tournoi qui va se dérouler sur cinq week-ends. On jouera donc entre cinq et dix matchs à huis clos comme des matchs d’entraînement. Des informaticiens mettront tout cela en œuvre pour offrir un vrai show aux spectateurs qui suivront cela en streaming. Il y aura un prize-money pour qu’il y ait un peu d’enjeux. Cela se jouera avec la formule des shorts sets sur du dur.”