Tennis

David Goffin s'est qualifié pour le deuxième tour de l'Open d'Australie, première levée du Grand Chelem de la saison, mardi à Melbourne.

Le numéro 1 belge, 22e au classement mondial, a pris la mesure en effet au premier tour du Chilien Christian Garin, 89e mondial, en trois sets - 6-0, 6-2, 6-2. La partie a duré 1h30. Au deuxième tour, le Liégeois (N.21), 28 ans, affrontera soit le Roumain Marius Copil (ATP 60), 28 ans, soit l'Espagnol Marcel Garanollers (ATP 108), 32 ans.


C'est le Roumain Marius Copil (ATP 60) que David Goffin (ATP 22) affrontera au 2e tour de l'Open d'Australie. Mardi, Copil s'est qualifié en battant au 1er tour l'Espagnol Marcel Granollers (ATP 108) en trois sets 6-3, 6-4, 6-4.

Il s'agira de la seconde confrontation entre Goffin et Copil, tous deux âgés de 28 ans. Le numéro un belge avait battu le Roumain 5-7, 6-1, 6-3 en quarts de finale de l'European Open à Anvers.

S'il passe le cap du 2e tour, David Goffin trouvera sur sa route en 16e de finale soit l'Américain Ryan Harrison (ATP 83) soit le Russe Daniil Medvedev (ATP 19).


Darcis éliminé par le 12e mondial

Steve Darcis (ATP 315) n'a pas réussi à forger l'exploit, mardi au premier tour à l'Open d'Australie, contre Borna Coric (ATP 12), l'un des jeunes qui arrivent en force sur le circuit ATP.

Dans la Mebourne Arena, le Sprimontois, 34 ans, s'est incliné 6-1, 6-4, 6-4 contre le Croate, 22 ans, vainqueur du tournoi ATP 500 de Halle - où il avait battu Roger Federer en finale - et de la Coupe Davis en 2018. "Si je l'avais joué il y a deux ans, cela aurait sans douté été une autre histoire", a dit le Liégeois après la rencontre.

"J'ai fait un match correct, mais pas exceptionnel", a-t-il expliqué. "J'avais encore un peu mal au dos suite à un blocage sur un retour à l'entraînement il y a quelques jours. J'avais des difficultés à tourner en coup droit, mais cela a tout de même été. Et j'ai bien servi, c'est vrai (NdlR : 11 aces). Simplement, il est devenu très difficile à déstabiliser. Ce n'est pas pour rien qu'il est 12e mondial. Il a bien progressé. En coup droit, même sur les balles un peu molles ou difficiles, il ne rate pas. En plus il sert très bien. Je me suis accroché, j'ai pris du plaisir, mais il a été meilleur".

Steve Darcis, qui fut aussi contraint de passer par le contrôle anti-dopage après son match, va désormais rentrer en Belgique pour revoir sa famille. Satisfait de sa tournée.

"Il y a tout de même beaucoup de positif. C'était un tirage difficile. Je joue bien depuis le début de l'année. Je me sens bien physiquement. Il faut que j'essaie de garder en tête que je suis sur la bonne voie, que je dois continuer à bosser de cette façon. Je n'ai pas de douleurs au bras, ce qui est tout de même le principal. Il faut essayer de continuer comme ça les prochains tournois", conclut-il.

"La Coupe Davis n'est pas à l'ordre du jour pour l'instant"

Le Sprimontois, 34 ans, a laissé sous-entendre qu'il y a de fortes chances qu'il fasse l'impasse sur le déplacement de l'équipe belge à Uberlândia, au Brésil, du 1er au 3 février prochains.

"Pour la suite du programme, j'attends des nouvelles du Challenger de Quimper, où j'ai démandé une wild card", a-t-il confié après sa défaite 6-1, 6-4, 6-4. "Ensuite, j'utiliserai mon classement protégé au tournoi ATP de Montpellier. Après, je jouerai peut-être à Marseille, ou un autre Challenger à Budapest. Je n'ai pas encore trop regardé".

Ce qui signifie donc pas de Coupe Davis... "La Coupe Davis n'est pas à l'ordre du jour pour l'instant. Mais j'aurai un contact avec Johan (NdlR : Van Herck, le capitaine de l'équipe belge) et on en discutera. Je voulais d'abord voir si mon corps allait tenir, si j'allais avoir le niveau et si je serai en accord avec cette nouvelle formule d'interclubs", a-t-il ironisé au sujet du nouveau concept avec une phase finale à 18 nations en fin d'année à Madrid.

Le 'Shark', cela dit, a déjà répondu à certaines questions par son bon début de saison. "Oui, c'est vrai, mais ce sera au Brésil alors que je rentre d'Australie. J'ai 34 ans, j'ai beaucoup donné. Ce sera sur terre battue et la semaine prochaine, je serai à Montpellier. Il n'y a encore rien d'officiel. Je dirais que c'est du 50-50. Mais je ne suis pas toujours obligé de dire ce que je pense", sourit-il.