La saison de tennis touche à sa fin. Au programme, il reste la finale de la Coupe Davis entre l'Espagne et les Etats-Unis, de vendredi à dimanche à Séville, ainsi que quelques tournois Challenger. La semaine à venir, certes, n'en demeurera pas moins très importante pour deux joueurs belges. Classés respectivement 112e et 119e sur les tablettes de l'ATP, Christophe Rochus et Gilles Elseneer abattront ainsi à l'île Maurice, dans une épreuve dotée de 125000 dollars, leur dernière carte pour obtenir leur place dans le tableau final de l'Australian Open. Seuls les 104 premiers du classement mondial, arrêté six semaines avant la date de l'épreuve, sont logiquement assurés de disputer une levée du Grand Chelem. L'expérience, cela dit, prouve que les plus proches poursuivants possèdent toujours une bonne chance d'y participer en raison de forfaits de dernière minute. La limite pour cette année, d'ailleurs, est déjà passée à 108 vu les blessures de Gustavo Kuerten (ATP 40), de Martin Verkerk (ATP 55), de Nicolas Escudé (ATP 64) et de Younes El Ayanaoui (ATP 638), le Marocain, qui n'a joué que cinq matches, pouvant se reposer sur un classement protégé de 27 à son retour. En clair, cela signifie que Christophe Rochus et Gilles Elseneer devront sans doute au minimum atteindre les quarts de finale à l'île Maurice pour espérer éviter de devoir passer par l'épreuve toujours aléatoire des qualifications à Melbourne. Leur tâche ne s'assimilera vraiment pas à des vacances dans cet endroit paradisiaque. La première tête de série, que l'aîné de la famille Rochus pourrait rencontrer dès le deuxième tour, n'est autre que le Roumain Andreï Pavel (ATP 20), tandis que Gilles Elseneer a hérité d'entrée du Coréen Hyung-Taik Lee (ATP 62), tête de série n°4.

Objectif top 50

La saison, elle, est bien terminée pour Olivier Rochus et Kristof Vliegen. Le premier l'a achevé de très belle manière en s'inclinant de justesse contre Joachim Johansson (ATP 12) en demi-finale du tournoi Challenger de Luxembourg pour se classer au 66e rang. Le second, qui se retrouve 115e, a sans doute vu ses espoirs de figurer dans le tableau final de l'Australian Open disparaître en même temps que son élimination prématurée à Groningen. D'après son manager, Vincent Stavaux, il envisagerait même de faire l'impasse sur les qualifications, dont il n'est pas parvenu à s'extirper ces deux dernières années. «Olivier peut raisonnablement envisager de réintégrer le top 50 l'année prochaine, confie son coach, Julien Hoferlin. Il a bien fini la saison, affichant un très bon niveau de jeu depuis l'US Open. Il ne faut pas oublier qu'il a vu son début d'année gâché par une périostite. Il est passé tout près de battre Johansson, qui a remporté le tournoi. Avec le potentiel qu'il a, Olivier peut se maintenir durablement entre la 40 e et la 60 e place. Les 30 premiers, eux, sont vraiment costauds. Et pourquoi pas réaliser un coup en Grand Chelem?»

© Les Sports 2004