Le patron du circuit ne prend pas du tout ce quart de finale à la légère.

Il sait que David Goffin a de quoi lui causer des soucis. Novak Djokovic se méfie donc de son adversaire belge. Sur la route d’un cinquième titre à Wimbledon et d’un seizième sacre en Grand Chelem, le joueur serbe sait que David Goffin peut le faire dérailler.

Le Serbe, qui ne joue plus que pour les records, à la chasse derrière Roger Federer et Rafael Nadal, va prendre très au sérieux ce quart de finale face à un joueur dont il connaît parfaitement les qualités.

Impressionnant depuis le début du tournoi, il a tourné rapidement la page de son rendez-vous manqué à Roland-Garros et entend bien soulever le trophée à Londres dimanche.

Cela passera par éviter le piège liégeois. "Nous ne nous sommes encore jamais affrontés sur gazon, et cette surface convient bien à son jeu, a estimé le Serbe. David a un des jeux de jambes les plus rapides du circuit et revient en forme : finale à Halle, quart ici, il est vraiment revenu à son meilleur niveau après avoir eu du mal suite à des blessures, dont une au coude avec laquelle je compatis car j’y suis passé aussi et je sais à quel point ça met la pagaille dans votre jeu."

Nole ne croit pas un seul instant que le 23e mondial sera rattrapé par la pression face à lui : "Son coach Thomas Johansson a gagné un Majeur, donc possède de l’expérience, et puis David sait comment jouer dans les grandes occasions sur les grands courts. Ce n’est pas son genre de se laisser bouleverser par ça."

Quand on fait partie des trois meilleurs joueurs de tous les temps, on a évidemment un beau matelas de confiance, en plus d’une marge dans le jeu sur le reste du monde. Mais le n°1 mondial reste lucide sur le danger Goffin tant le profil de son rival n’est pas celui qu’il préfère. Un joueur qui défend tout, qui va le contraindre à prendre des risques et à monter au filet pour ne pas s’embourber au fond du court. Un joueur qui a de quoi le stresser. Il a beau mener 5-1 dans leurs duels, il y a rarement eu de matchs à sens unique face à un joueur qui est l’un de ses plus fidèles partenaires d’entraînement.

"Oui, on tape très souvent ensemble, on a une bonne relation. Tout le monde respecte et apprécie David. Je le connais bien, mais sur gazon, je vais devoir changer des choses pour le sortir de sa zone de confort. Et il va faire pareil", conclut le numéro un mondial.