Tennis Novak Djokovic a battu Roger Federer dans le tie-break du dernier set après une finale de légende.

Après une telle finale, un si grand stress, de si fortes émotions, Novak Djokovic aurait pu se lâcher et fêter, d’un air conquérant et à grand renfort de gestes de victoire, son cinquième titre sur le gazon de Wimbledon. Mais le champion serbe, très digne, se garda sobrement de tout excès de joie.

Un peu comme si ce match fabuleux, qui s’est joué sur un coup de dé, ne méritait pas de perdant. Un peu comme si cette victoire acquise au bout du suspense, après cinq heures de folie dans les raquettes, ne méritait que les seuls applaudissements du public. Un peu comme s’il ne voulait pas que ses larmes de joie se mélangent avec celles de tristesse de son adversaire déconfit.

(...)