Gilles Elseneer a été éliminé au deuxième tour des Internationaux de Grande-Bretagne, à Wimbledon jeudi. Le Bruxellois, 160-ème mondial, a été battu par le Suédois Robin Soderling, 152-ème à l'ATP, en quatre manches 2-6, 7-6 (10/8), 6-4 et 6-3.

Le rêve de Elseneer s'achève ainsi sur le gazon londonien à cause, encore, de Soderling, lui aussi sorti des qualifications. Encore, car si Elseneer n'avait encore jamais rencontré Soderling sur le circuit ATP, le Suédois avait barré la route du tableau final de l'US Open à notre compatriote l'an dernier. Cette fois, il barre le chemin du 3-ème tour à Elseneer qui voit son rêve de jouer sur le central de Wimbledon se briser. En seizième de finale en effet, Robin Soderling devrait rencontrer le Britannique Tim Henman, 29-ème mondial et tête de série numéro 10, à condition qu'il vienne à bout du Français Michael Llodra (ATP-136). Et on peut raisonnablement penser que les organisateurs offriront le court central au dernier anglais encore en lice.

Jeudi face à Robin Soderling, Gilles Elseneer avait pourtant entamé les débats de façon idéale en empochant le premier set grâce à un excellent service (6 aces) et une bonne maîtrise du jeu: 6-2 en 20 minutes à peine. Mais doté aussi d'un bon service et jouant dans le même registre que le Bruxellois, Soderling a repris confiance en empochant le deuxième set au tie-break. Ce fut sans doute le tournant du match car, dans celui-ci, Elseneer menait 5 points à 1 avant de gaspiller aussi deux balles de deuxième set. La confiance avait changé de camp et Soderling poursuivait dans les deux dernières manches: 6-4 et 6-3 en 1 heure et 59 minutes. Le parcours de Elseneer dans son premier tournoi du Grand Chelem s'achevait.

Rochus en 5 sets

Olivier Rochus s'est qualifié pour le troisième tour des Internationaux de Grande-Bretagne, à Wimbledon jeudi. L'Auvelaisien, 65-ème mondial, a battu au deuxième tour le Français Anthony Dupuis (ATP-74) au terme d'un long duel qui aura duré cinq sets 2-6, 6-3, 4-6, 7-6 (7/5) et 6-4. Le Belge reste ainsi le dernier de nos représentants chez les messieurs et comme l'an dernier, il jouera le troisième tour (seizième de finale). Son adversaire sera le Finlandais Jarkko Nieminen, 32-ème mondial et tête de série numéro 30, vainqueur de l'Italien Stefano Galvani (ATP-159) 6-4, 5-7, 6-4 et 7-6 (7/3).

Face à Anthony Dupuis, Olivier Rochus a du s'accrocher dans une partie où tous les jeux ont été fort disputés. En remportant la première manche, 6-2, Dupuis prenait l'ascendant, mais l'Auvelaisien recollait à 1 set partout (6-3). Breaké d'entrée de troisième set, Olivier Rochus n'est pas parvenu à prendre le service de son opposant qui s'imposait 6-4. Le jeu décisif de la quatrième manche souriait heureusement à Rochus (7 points à 5). De quoi redonner la confiance au Belge qui prenait le service de Dupuis pour faire 2-1. Si le Français revenait à 3 partout, Rochus reprenait la mise en jeu de son adversaire pour conclure à 6-3.

Olivier Rochus confirme ainsi son bon Wimbledon de l'an dernier où il avait battu le Russe Marat Safin pour atteindre le troisième tour où il s'était incliné face au Français Arnaud Clément. Cette année, son accession au même stade de l'épreuve lui suffit déjà à lui rapporter la place honorifique de numéro 1 belge après l'élimination dès le premier tour de Xavier Malisse, demi-finaliste à Londres l'an dernier. Jarkko Nieminen a déjà pas mal réussi à Olivier Rochus puisque l'Auvelaisien mène 2 à 1, après deux victoires sur surface dure à Copenhagen (Danemark) en 2002 (2-6, 6-3 et 6-1) et en 2003 (6-3, 6-2).

Le Finlandais a réduit 'l'écart' cette année à Barcelone, mais sur terre battue (7-5, 7-5).

Justine s'impose facilement

Justine Henin-Hardenne s'est qualifiée pour le troisième tour des Internationaux de Grande-Bretagne, en prenant la mesure de l'Italienne Flavia Pennetta en deux manches 7-6 (7/2), 6-1 en 1h12 minutes de jeu, jeudi à Wimbledon.

La Rochefortoise a pourtant du sauver une balle de set dans la première manche avant de remporter la mise au jeu décisif (7/2). L'Italienne, 55-ème mondiale, - même en concédant sa mise en jeu d'entrée- avait choisi le parti de jouer son va-tout pour sa première apparition sur le court central de Wimbledon. Egalisant de suite à 1 partout, puis 3-3, Pennetta remettait les compteurs à zéro encore à 5 partout avant de s'offrir une balle de set sur le service de Justine Henin-Hardenne. Laissant parfois trop l'initiative à son adversaire, la Rochefortoise reprenait clairement les choses en main dans le "money-time" et s'adjugeait le jeu décisif 7 points à 2, 49 minutes plus tard.

Ne s'accrochant plus qu'épisodiquement dans la deuxième manche, Pennetta devait s'incliner devant la maîtrise retrouvée de Henin-Hardenne qui accentuait le rythme et la pression. Rapidement, la partie fut bouclée par la Belge sur un 6-1 en 23 minutes de jeu. Au troisième tour, -en seizième de finale-, Justine Henin-Hardenne, troisième joueuse du monde et tête de série numéro 3, sera opposée à la Russe Elena Likhovtseva, 33-ème au classement WTA, ou à l'Australienne Alicia Molik (WTA-54).

Callens, la tête haute

Els Callens s'est logiquement inclinée, mais avec les honneurs, au deuxième tour des Internationaux de Grande-Bretagne face, il est vrai, à la numéro 1 mondiale, l'Américaine Serena Williams, jeudi à Wimbledon sur un double 6-4 en 1 heure et cinq minutes. L'Anversoise, 65-ème mondiale, a pourtant joué crânement sa chance face à la tenante du titre. Els Callens s'est accrochée dans le premier set ne concédant son service qu'à une seule reprise. Prévenue que Els Callens pouvait l'empêcher de vivre un match tranquille, Serena Williams empochait la première manche 6-4 en 28 minutes.

Décidée à se montrer moins impatiente que l'an dernier (où Els Callens l'avait poussée à deux jeux décisifs), l'Américaine attendait la faute de Els Callens qui avait de plus en plus de mal à soutenir le rythme. Le second set est en trois temps, la cadette des soeurs Williams menant rapidement 4 à 0. L'Anversoise comblait ensuite ses deux breaks concédés d'entrée pour revenir à 4 partout dans un magnifique sursaut d'orgueil en une heure juste de jeu. Mais la machine Williams repartait pour conclure finalement à 6-4. Els Callens pouvait quitter sa 10-ème édition de Wimbledon la tête haute.