Les candidatures ne doivent être officiellement déposées que le 13 août prochain. Mais on sait déjà que la Belgique sera l'une des prétendantes à l'organisation de la phase finale de la Fed Cup du 18 au 23 novembre.

Il est même acquis que la Fédération Royale Belge proposera Bruxelles comme ville-hôte de l'événement. Les palais du Heysel (2 et 8), initialement réservés pour une autre manifestation, sont désormais libres. Et plus rien ne les empêche d'accueillir la compétition. Il ne s'agirait d'ailleurs pas d'une pendaison de crémaillère tennistique pour le Heysel qui avait accueilli jadis - à la fin des années 80 - le Belgian Indoor. «Il est clair que le fait de pouvoir présenter la capitale de la Belgique et de l'Europe est un avantage», confie Yves Freson, président de la Fédération.

Infrastructures de qualité, possibilité d'installer plus de six mille spectateurs dans les tribunes, réseau hôtelier important dans les environs pour les délégations et les supporters: il est évident que Bruxelles a d'autres atouts à proposer que les villes de Bree ou de Charleroi, un moment citées.

Mais attention, rien n'est gagné! Il reste encore à trouver les budgets nécessaires et à convaincre, surtout, les pontes de la Fédération Internationale de Tennis d'accorder leur confiance à l'organisation.

Côté financier, les choses évoluent dans le bon sens. La candidature de Bruxelles permettrait, en effet, une sorte d' union sacrée au niveau politique. La région de Bruxelles-Capitale, les Communautés Française et Flamande et, même, le gouvernement fédéral pourraient ouvrir leur portefeuille (on parle de 500000€ au total) pour permettre cette grande fête du tennis. «Le budget global nécessaire est d'environ 2 millions d'€ mais nous pourrons également compter sur l'aide de différents sponsors - et, notamment, de Belgacom - et, bien sûr, sur la vente des tickets...» ajoute Bob Verbeeck, responsable de la société Octagon chargée de l'organisation.

Et Dieu sait si le public belge devrait être nombreux à vouloir encourager Justine Henin et Kim Clijsters!

Reste à savoir quels autres candidats seront en lice parmi les trois autres équipes qualifiées. La Russie - avec Moscou - a déjà montré un vif intérêt. Les Etats-Unis devraient également poser leur candidature malgré l'incertitude concernant la présence des soeurs Williams. A priori, la France semble plus réservée.

Rappelons qu'une fois en possession des candidatures officielles, la FIT visitera les différents sites concernés avant de prendre une décision officielle le 27 août prochain. En attendant, il reste aux passionnés de tennis à croiser les doigts...

© Les Sports 2003