Flipkens considère son adversaire comme sa grande sœur
© Photo News

Tennis

Flipkens considère son adversaire comme sa grande sœur

Serge Fayat

Publié le - Mis à jour le

Envoyé spécial à New York

Kirsten Flipkens (WTA 93) s’apprête à vivre un rêve éveillé ce vendredi à Flushing Meadows lorsqu’elle défiera, au troisième tour, sa grande copine Kim Clijsters qu’elle n’a encore jamais eu le privilège de rencontrer sur un court de tennis.

"Kim, je la connais depuis que j’ai l’âge de cinq ans lorsque j’avais commencé à frapper mes premières balles au club de Diest, confia-t-elle. Je la considère un peu comme ma grande sœur. Lorsque j’étais au tennis-études de la VTV, elle m’avait pris sous sa coupe alors que je voulais rentrer à la maison. Je l’idolâtre et je suis comblée de pouvoir la rencontrer. C’était un rêve que je nourrissais depuis le tirage au sort et qui m’a donné beaucoup de motivation."

Le réveil aura, en tout cas, été bien doux pour Kirsten Flipkens, ce jeudi, dans la chambre de son hôtel, le Parker Meridien. La petite Campinoise de 23 ans, qui est accompagnée à New York de sa maman Carry et de Tom Baeten, un jeune coach de la VTV, voit le soleil briller après avoir longtemps galéré, en raison de blessures, pour venir confirmer les belles promesses laissées entrevoir chez les juniors.

"Je crois que je suis devenue beaucoup plus constante, poursuivit la native de Geel, qui était retombée au 363e rang mondial fin 2007. J’ai la réputation d’avoir un jeu lassant, mais que voulez-vous ? Je ne mesure qu’1,65m. Je dois trouver une autre manière pour gagner. C’est un peu comme Olivier Rochus. Je slice, je fais des amorties. Et il n’y a pas beaucoup de joueuses qui sont capables de faire cela sur le circuit."

Kirsten Flipkens, qui a croisé Kim Clijsters jeudi à Flushing Meadows et même blagué avec la petite Jada, ne se fait pas beaucoup d’illusions quant à l’issue de ce petit match entre amies. Déjà, à la fin de l’année dernière, lorsque son idole l’avait invitée à taper la balle à Bree en vue de sa participation à l’exhibition de Wimbledon, la Campinoise avait perdu 6-4 le set qu’elles avaient disputé. Elle sait très bien qu’elle n’a pour ainsi dire aucune chance de gagner et veut avant tout savourer ce moment magique.

"Kim a toujours été plus forte que moi. C’est normal, elle était la plus grande, sourit-elle. Je suis ravie de la rencontrer au troisième tour et non au premier. On n’a pas beaucoup parlé tennis, mais plutôt shopping. Je lui ai envoyé trois messages pour que l’on aille faire les magasins ensemble à New York, mais elle ne les a pas vus. Je vais m’amuser à 200 % tout en me donnant à 100 % pour gagner, même si je sais que ce sera très dur", conclut-elle.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous